FANDOM


SetWidth850-Benedictus-the-Twilight-Father-by-Steve-Prescott

"A compter de ce jour, vous vous nommerez...Chester Maletta, le Hérault de la fin ardente."

Chester fit un peu de rangement et recensa les reliques brisées ou disparues. Une fois le soir tombé, Chester tomba sur sa chaise, exténué mais le travail était achevé. Chester porta son regard sur l'étagère en face de son bureau et constata que le coffret en ébène était encore à sa place. Le sorcier se leva redressa pour venir prendre le coffret et l'ouvrir, dévoilant ainsi un fermoir en argent qu'il avait offert à Redanna. Il reposa l'objet peu de temps après, clôt le coffret et le replaça.

_Voie d'homme : Mande-hargne Maletta ?

Chester pivota rapidement, la main sur son épée. Le sorcier faisait face à des sectateurs du Crépuscule mais dans une tenue assez particulière. Chester restait méfiant, prêt à en découdre. L'homme au centre haussa le ton.

_Homme du Crépuscule : Le père du Crépuscule tient à vous rencontrer.

_Chester : Si Flynn n'est plus capable de venir me trouver alors qu'elle aille brûler vive.

_Homme du Crépuscule : J'ai peur que vous ne soyez à la page, mais venez tout de même.

Chester resta immobile un instant avant de lâcher son épée et d'empoigner son manteau. Chester suivit les personnes qui visiblement était au courant de la façon de lever la barrière. Après quelque jours, Chester était au bastion du Crépuscule. Chester avançai devant le groupe de sectateurs, se remémorant par la même occasion tout ce qu'il a put faire ici comme les nombreuses rencontres avec Aevy Flynn. Le sorcier poussa les portes du trône de l'Apocalypse ou siégeait Cho'gall, puis la Sculptrice de l'esprit, Chester y aperçu un archevêque, ou ce qui y ressemblait. Le sorcier s'approcha du vieil homme qui ouvrait les bras pour accueillir Chester.

_Archevêque : Ah, mon fils, le Mande-hargne Chester Maletta.

_Chester : Gardez vos sermons pour vous vieillard.

_Sectateur du Crépuscule : Un peu de respect devant le père du Crépuscule !

_Père du Crépuscule : Ce n'est rien mon enfant, l'erreur est en chacun de nous. Laissez moi vous regardez de plus prés.

Le père du Crépuscule tourna autour de Chester, lentement et d'un œil de description. Chester était sur le qui-vive, prêt à lancer un assaut.

_Père du Crépuscule : Bien. Mande-hargne, j'ai la tristesse de vous apprendre le trépas de votre supérieur. Oui, la sculptrice d'esprit Flynn Aevy est morte.

_Chester : Et que voulez vous que ça me fasse ? Un autre prendra sa place.

_Père du Crépuscule : Je ne peux qu’acquiescer vos dires mon enfant. J'ai décidé que vous serez son successeur.

_Chester : Si c'est une plaisanterie je peux vous garantir qu'elle est tombée à l'eau.

_Père du Crépuscule : Pourquoi douter ainsi ? La Sculptrice ne vous avez pas promis la puissance ?

_Chester : Et mise à part une armée, ou ce trouve cette « puissance » ?

_Chester : C'est votre récompense. Un bien matériel qui pourra vous permettre d'obtenir ce que vous désirez.

Alors que le père du crépuscule parlait, un cortège de sectateurs du Crépuscule fit irruption dans la salle. Parmi eux se tenait le second du Mande-hargne Katharine Valenförth, Aldrin Erethar. Chester aperçu aussi une elfe de sang qui lui était familière : Nivy'Altaria So'nera. L'elfe en question épaulait Chester à Hyjal, 10 ans auparavant.

_Père du Crépuscule : A présent Mande-hargne, il vous faut un titre. Un titre pour régner sur le marteau du Crépuscule dans la lumière, et me seconder dans l'ombre. Un surnom qui rappellera aux communs qui sont les véritables maîtres de ce monde.

_Chester : Est-ce a moi de choisir mon titre ?

_Père du Crépuscule : Laissez moi vous nommez mon enfant. Vous êtes un fin stratège, un élémentaliste des plus doués, un homme froid et impitoyable qui prêche à partir de maintenant la voie du Destructeur de monde. A compter de ce jour, vous vous nommerez...Chester Maletta, le Hérault de la fin ardente.

Chester regardait le père du Crépuscule avant de se tourner vers l'assemblé de sectateurs. Ceux-ci s’agenouillèrent devant le nouveau « chef » du Crépuscule.

_Père du Crépuscule : Filles et fils du Crépuscule, voyez désormais la nouvelle voie du Père du Crépuscule, le Hérault de la fin ardente !

Chester croisait les bras et regardait l'assemblé, tous étaient à genoux ou applaudissait, montrant leurs dévotions pour leurs nouveaux maître.

_Père du Crépuscule : En attendant mon fils, un autre doit prendre votre place de Mande-hargne. Mais ce choix vous appartient.

Sans un mot, Chester s'avança dans les rangs des sectateurs et passa son regard sur chacun d'eux. Tous avait fait quelque chose de plus ou moins important pour le Crépuscule. Chester s’arrêta devant le Tourne-phase Aldrin Erethar.

_Chester : Je crois que celui-ci fera l'affaire, à condition qu'il n'ai jamais l'occasion de me décevoir.

_Père du Crépuscule : Ainsi fut la parole du Hérault de la fin ardente, voyez à présent sa voie guider vos pas dans l'avenir que nous tend les Dieux très anciens !

Les sectateurs offrirent une ovation à Chester qui, quant à lui remontait vers le Père du Crépuscule. Ce dernier s'inclina devant le Hérault de la fin ardente, mais cela laisser Chester complètement indifférent. Il pris la direction de la sortie sans un mot alors que le Père du Crépuscule souriait.

Sans se soucier de quoi que ce soit, Chester reprit la route d’Ilgalar. Il mit autant de temps qu’a l’aller, et il remarqua que la barrière était de nouveau abaissée. Soupirant au début de cet oublis qui aurait put être dangereux, Chester entra simplement malgré les paroles du Tortureur. Au fur et à mesure que Chester gravit les marches d’escalier, il entendait des sanglots, des soupirs ; ce qui fit presser le pas du mage. Arrivé en haut, il aperçue une personne assise sur sa chaise, devant ses travaux, le visage enfoui dans ses mains. Cette fois, bon nombres de reliques étaient brisées et les affaires dérangés. Chester avait la main sur son épée et s’avançait lentement avant de pouvoir déterminer la personne, qui était visiblement majeure, ou guère plus. Il marcha par inadvertance sur un fragment de relique et finis de le briser, ce qui alerta l’occupant qui se redressa hâtivement. A la grande surprise de Chester, c’était la jeune femme de ses rêves, Lerisa, qui visiblement avait reçue des soins de basses qualités pour panser des blessures fraîches.

_Chester : Qui est-tu ?

_Lerisa : Je…je m’appelle Lerisa.

_Chester : C’est une plaisanterie ?

-Lerisa : No- non…Juré.

Elle essaye de te duper, reste sur tes gardes.

_Chester : Qu’est-ce que tu fais la ? Comment es-tu entré ici ?

_Lerisa : Je peux tout expliquer Chest-

_Chester : Tu connais mon nom ?

_Lerisa : Je-je…

Lerisa se mit à balbutier en agitant les mains comme pour demander à Chester de lui laisser un sursis. Ce dernier pouvait voire que la jeune femme avait les traits du visage de Redanna, et les yeux rouges de pleure. Chester restait calme et silencieux, mais il retira sa main de son épée, gardant le fourreau dans l’autre au cas où.

_Chester : Explique-toi.

Idiot ! Elle va te tuer ! Tue-la !

_Lerisa : Je cherche mon père, qui aurait disparut avant même ma naissance. J’ai appris qu’il était lié au Crépuscule, un prisonnier ou un sectateur et...Et…

Lerisa semblait s’être tétanisée sur place, la bouche grande ouverte, incapable de finir sa phrase. Chester se mit à croiser les bras, visiblement en attente, mais montrait plus de patience anormalement.

_Chester : Et bien ? Parle donc.

Ne vois tu pas qu’elle se joue de toi ? Fait quelque chose !

_Lerisa : C’est bien toi ? Chester Maletta ? Le conjoint de Redanna Eveillesort ?

_Chester : Je t’interdis de prononcer ce nom !

Lerisa sursauta et manqua de tomber en arrière, se retenant à la table derrière elle. La jeune femme regardait Chester avec frayeur, mais semblait attendre sa réponse. Chester s’avançât doucement avant de tourner machinalement sa tête sur ses travaux, notamment sur son journal resté à la même page qu’auparavant. Chester s’approcha du bureau et passa sa main gauche sur la dernière phrase.

_Chester : J’étais cet homme.

_Lerisa : C’est…c’est pas vrai…c’est vraiment toi ? L’archimage Chester Maletta ?

_Chester : Ce nom ne signifie plus rien pour moi.

_Lerisa : Qu’est-ce que tu veux dire ?

_Chester : Que tu pose trop de question et que tu commence à me faire perdre patiente. Et qu’est-ce que cela peut faire ? Que j’ai été un archimage de Dalaran ? Que j’ai été un homme comme tant d’autre ?

_Lerisa : Ca change que…que tu es mon père…

Chester fit volte face vers Lerisa, doucement avant de lâcher un long soupir et de passer sa main sur son visage masqué.

_Chester : Tu n’a vraiment rien d’autre pour gagner du temps ?

_Lerisa : Je plaisante pas ! Je suis la fille de Redanna et je-

_Chester : Ca suffit ! Cette personne est morte à Dalaran lors de l’assaut du Fléau et je ne laisserais pas une gamine désespérée salir sa mémoire !

_Lerisa : Elle n’est pas morte !

_Chester : Et pour qui tu te prend pour dire une chose pareille ?!

_Lerisa : Je suis sa fille ! Que ça te plaise ou non !

_Chester : Redis ça encore une fois et tu vas le regretter !

_Lerisa : On habite à Comte-du-lac ! Je suis née là-bas ! Écoute-moi bordel !

Sans prévenir, Chester format une boule de feu dans sa main gauche et la lança sur Lerisa qui la prit de plein fouet. L’impact la fit voltiger en arrière et tomba lourdement au sol en gémissant de douleur.

_Chester : Je t’ais dit de te taire !

Chester était prés à réagir, arme rangé alors que Lerisa se relevait difficilement avec l’aide de la bibliothèque de laquelle elle s’appuyait.

_Lerisa : C’est toi qui va te taire, et m’écouter !

Chester format une seconde boule de feu et la lança sans gène sur Lerisa, qui refit un vol plané et manqua de tomber par-dessus la barrière de l’escalier. Elle se releva en gémissant malgré les flammes, Chester lui était plus en colère que d’habitude, des flammes fusaient de ses mains gantées.

Ce genre de personne ne mérite aucune pitié, écrase-la.

_Lerisa : J’peux pas mourir…j’ai jurée…de…te ramener à la maison…que tu l’veuille ou non !

_Chester : Rare on était les personnes à m’énerver. Mais toi, tu as dépassée tout les seuils de tolérance !

Lerisa débuta l’assaut les mains vides, Chester profita de la charge frénétique pour lancer un flot de flamme. Malgré la douleur, Lerisa continua son avancé et prit Chester par la taille pour le plaquer sur la table. Chester, prit par surprise se retrouva contre le bois et asséna un coup de genoux dans le bassin de la femme avant de la repousser en posant son pied sur le ventre de celle-ci. Chester se remit droit et fusillait Lerisa du regard, qui lui fut vite rendu. Lerisa repris la charge en hurlant d’un cri enragé et Chester fit opposition de force en saisissant les mains de Lerisa pour la bloquer dans sa charge. Lerisa en profita pour lui asséner un coup au ventre avant de lui décocher un coup de tête pas très judicieux contre le masque en métal mais qui eu tout son effet sur Chester. Chester tituba, sonné, qui permit à Lerisa de le reprendre par la taille en pleine charge pour le plaquer au sol et lui bloquer les bras avec ses jambes. Lerisa mit les mains sur le masque de Chester pour le lui retirer, qui gesticulait de la tête. Lerisa perdit la main mise sur les bras de Chester mais saisi les bords du masque, Chester en profita pour attraper Lerisa par les poignets pour garder son masque.

_Chester : Ôte tes mains de la !

_Lerisa : Même pas en rêve !

Chester se redressa rapidement et emporta Lerisa avec lui pour échanger les places. Il eu le temps de prendre son épée, prêt à poignarder Lerisa pour en finir mais se figea une fois l’épée levée, à la grande stupeur de Lerisa. Tout les deux restèrent immobiles, attendant le geste de l’autre.

Tue-la !

Chester hésitait, haletant sous la pression du Tortureur et sous le visage surpris de Lerisa qui lui rappelait Redanna. Chester finit par abattre sa lame après avoir levé son bras un peu plus haut, et Lerisa eu le temps de bouger la tête sur le coté qui rétorqua d’un furieux coup de poing au visage, se brisant quelques phalanges mais repoussa le mage. Chester reprit ses esprits quant-il vit Lerisa devant une fenêtre, prête à s’enfuir, il tendit alors le bras pour lancer une boule de feu qui, ne fusa pas de la main du mage. Lerisa sous le choc sauta par la fenêtre alors que Chester abaissa son bras, lentement, dissipant les flammes.

Elle s’enfuit ! Ne la laisse pas s’échapper !

_Chester : La ferme…bon sang ferme la !

Chester s’allongea au sol, se sentant épuisé et pourtant en pleine forme. Il resta ainsi pendant de longue minute a contempler le plafond en haletant. Il se releva difficilement et se dirigea vers la fenêtre pour la fermer simplement.  Une main sur le cœur, étreignant son manteau noir, il se dirigea vers son bureau avant de s’affaler dessus, lamentablement.

_Chester : Qu’est-ce qui m’arrive ? Bon sang ça fait mal…

Chester retira son manteau et desserra les sangles de sa cote de maille avant de respirer à plein poumon pendant une poignée de seconde.

_Chester : Qu’elle plaie…

Chester se redressa lentement, en peinant comme s’il avait perdue un affrontement. Il leva la tête pour constater que le coffret avait disparut. Il se dirigea rapidement vers l’emplacement de celui-ci à la recherche d’indice. Chester se mit à fouiller autour de son étagère, un peu plus loin et finit par faire plus de capharnaüm qu’il n’y en avait.

_Chester : Ou est-ce qu’il a bien put passer…

Cette idiote l’a surement pris avec elle.

_Chester : Pas de propos  hâtif, je suis sûr de rien…Et qu’est-ce qu’une gamine ferait avec un fermoir ? Et cette douleur…

Chester referma sa main sur son gilet de tissu qui voilait sa côte de maille, au cœur toujours. Il se dirigea vers la fenêtre de laquelle Lerisa c’était échappée puis s’affala dos au mur.

Tu l’as laissé s’échapper avec ton bien le plus précieux.

_Chester : Plus tard…

S’il c’est de la motivation qu’il te faut, tu va être servi.

Soudain, aux paroles du Tortureur, un flot d’éclairs carmin jaillirent du masque qui  s’abattit sur Chester qui hurlait à l’agonie en une tornade écarlate. Chester s’effondra au sol encore conscient. Mais se sentit engourdit, et ne maîtrisait plus son corps. Il se redressa face à la fenêtre et fut horrifié par la vue d’un sourire de citrouille lanterne de la Sansaint qui se dessinait sur le masque.

Un corps bien agréable si tu veux mon avis chaire de ma chaire.

_Chester : Qu’est-ce que ça veut dire ?!

Ne t’inquiète pas et contente toi de te reposer. Tu va pouvoir admirer le spectacle que tu m’offre à chaque fois.

Le corps de Chester s’élança malgré les paroles de ce premier sous les ricanements du Tortureur. Ce dernier, fit la traversé des Carmines et de la Forêt d’Elwynn pour atteindre une petite maisonnette éloigné d’Hurlevent, le tout en suivant des fragments de reliques disséminées et éparpillées sur la route. Le Tortureur format une masse colossale de flamme qu’il lança sur le domicile, duquel un jeune homme et une femme plus vielle sortirent avant de finir incendier. Le Tortureur mit hors jeux l’elfe avec aisance avant de se tourner vers un ancien adversaire de Chester, rencontré lorsque le mage était sous la gouverne de Katharine Valenförth, Ele’gost. Le jeune homme su poser certain soucis au corps de Chester mais le Tortureur su sortir vainqueur assez facilement, obligeant Ele’gost à fuir sur le dos de son griffon qui fut tué sur le coup d’une salve d’éclair arcanique. Alors que le tortureur s’avançait pour fouiller les décombres, il fut alerté par un Gilnéen sous sa forme Worgen. Celui-ci se faisait appeler Benethor Hardof et défia le Tortureur qui le releva sans état d’âme. Le Tortureur eu du mal à se confronter à la bête sur le plan physique mais su être un adversaire de taille à son habitude.  Lors de l’affrontement, Ele’gost revint à la charge sur un destrier et le Tortureur ne se gêna pas de le désarçonner d’une boule de feu. Chester, fou de rage décida de reprendre de lui même le contrôle de son corps. En pleine lutte avec lui-même, Chester devint une proie facile pour ses deux adversaires et Chester. Ayant retrouvé le plein contrôle de son corps, Chester prit la fuite d’un transfert au cours duquel il perdit son épée du Kirin Tor. Il réapparut sur les rives du lac Placide et usa de ses talents d’élémentaliste pour asservir l’eau du lac pour se soigner partiellement.

_Chester : Ne refais plus jamais ça.

Cette expérience t’a déplus ? Pas moi, en tout cas.

_Chester : Silence…

Epuisé, Chester prit la direction de la tour d’Ilgalar sans se soucier de ce que pourrait dire le Tortureur. Chester s’allongea sur son lit avant de s’endormir comme une pierre. Il restaura la tour et les artefacts brisés avant de reprendre ses travaux, ayant même oublié le coffret et le fermoir. Pendant plusieurs semaines, il avait repris son rythme de travaille forcené pour accentuer ses recherches, touchant peu à peu au but. Soulagé, Chester était convaincu d’avoir trouvé la marche à suivre pour retrouver Redanna.

_Chester : Tout ce temps…bientôt récompensé…Enfin.

Ne parle pas trop vite Chester.

_Chester : Vous faites allusions aux paroles de Lerisa ? Ca n’a aucune importance.

Bien sûr que non.

_Chester : Temps mieux, elle ne peu pas avoir raison. Je le sais.

Peu après ses paroles, Chester pouvait entendre des bruits de pas monter les marches de la tour. Chester ne dressa pas même le sourcil, fatigué de ses interruptions. Il attendit patiemment les arrivants. Ce fut Syra, accompagné d’un Draeneï  chaman et de Benethors. Chester leur offrit un simple regard du coin de l’œil comme accueil.

_Chester : Vous êtes bien audacieuse pour venir m’affronter chez moi Syra.

_Syra : Il n’est plus question d’audace avec toi Chester. Je tiens juste à régler ce conflit rapidement.

_Chester : Ce qui explique la présence de vos deux laquais ?

_Syra : Je ne te laisserais pas insulter ma famille, même si toi tu te permets de le faire avec la tienne.

_Chester : Ne parlez pas de chose dont vous ne savez rien Long-voyante.

_Syra : Tu ne vois même pas ta propre fille quand tu la vois, c’est plutôt toi l’ignorant.

_Chester : Cette gamine horripilante ? Même si j’avais eu un enfant ce ne serait certainement pas une personne comme elle. Je lui aurais préparé un véritable avenir et fait d’elle autre chose qu’une brute épaisse.

_Benethor : Et quoi comme avenir ? Nouveau chef du Marteau du Crépuscule après toi ?

_Chester : Cette discutions n’a pas lieux ici, sauf si vous tenez vraiment à me faire perdre mon temps en ce moment glorifiant.

Chester leva soudainement le bras et forma un courant d’air imposant dans la salle pour balayer les intrus.

_Benethor : Comment un humain…

_ Nydaed : L’élémentalisme Worgen…

_Syra : Tu joue avec le feu Chester !

_Chester : Peu importe, j’userais tout les moyens nécessaire pour aboutir à mon but. Et personne, personne ne m’arrêtera.

Après un rugissement de rage,  Benethor se lança sur Chester frénétiquement  qui fut repoussé d’une pulsion arcanique. Une fois au sol, Chester redirigea son regard sur la paire de chaman qui lança le même sortilège d’épuration. Chester n’eu pas le temps de trouver une alternative qu’il fut victime du sort. Contraint par manque de capacité, Chester saisit son journal et pris la fuite de la tour. Il fut rapidement rattrapé par Benethors. Ce dernier frappa Chester avec force, à mains nues, sans compter que Chester était démuni. Il fit envoyer rapidement au sol et les deux chamans eurent le temps de venir. Alors que Chester essayait de se lever, le worgen posa son pied sur le dos du mage pour le forcer à rester au sol.

_Syra : Félicitation Benethors !

_Chester : Malédiction…

Benethors retira son pied et laissa Chester se relever et faire volte face à ses trois adversaires, incapable de fuir ou de combattre.

_Syra : Tu as perdu Chester.

_Chester : Si votre cible est le marteau du Crépuscule, sachez qu’il continuera d’exister en mon absence. Un autre prendra ma place comme j’ai pris la place d’Aevy Flynn.

_Syra : Alors c’est vraie…

_Chester : Que croyez-vous ? Quand une marionnette est inutilisable, il est justifié de la changer.

_Syra : Cela ne m’étonne pas de toi, pas comme le jour ou tu as manqué de la tuer.

_Chester : Economisez votre salive Syra. Flynn m’a suffisamment rappelé ce moment.

_Syra : Elle a du t’en vouloir.

_Chester : Elle a surtout cru que j’étais son pantin. Malheureusement pour elle,  aujourd’hui c’est moi qui occupe son poste et le Crépuscule est la dernière de mes occupations.

_Benethor : Tu va nous dires que tu as une vie parfaitement honnête ?

_Syra : Quoiqu’il en soit Chester, si tu es inopérant le Crépuscule cessera  de faire des siennes.

_Chester : Vous croyez que je suis le seul à avoir les ressources suffisantes pour détruire une cité entière ? Trêve de plaisanterie.

_Syra : C’est toujours un enchantement de discuter avec toi.

_Chester : Vous m’avez surtout fait gagner du temps.

Sans prévenir, Chester joint les mains et frappa le sol affin de lancer une nova arcanique et repousser ses assaillant. Il emmagasina une masse de mana alors que Benethor repris la charge, qui fut esquivé sans guère de peine. Mais, Syra profita de l’acte du Worgen pour lancer une salve d’éclair sur Chester. Dans un élan de rage, Benethors frappa furieusement Chester aux cotes et le fit voler au sol comme une poupée de chiffon. Battu, Chester traça une rune de transfert  devant lui et s’en servit pour s’échapper.  Le transfert pris fin sur une route sur laquelle Chester s’écrasa lamentablement sans arriver à se relever.

_Chester : Bon sang…si près du but…

Chester redressa la tête vers la route et aperçue un personnage vêtue d’une robe à capuchon avant de tomber dans l’inconscience. Chester rouvrit les yeux et fixa un plafond usé qui s’étendais au dessus de lui, il porta son regard sur la salle qui s’avérait être une chambre comme tant d’autre dans un habitat réaménagé. Alors qu’il essayait de se lever, de vive douleur le cloua au lit. Chester fut d’abord surpris en voyant les bandages sur son corps, sa tenue sur la chaise devant le bureau et son journal sur le dernier meuble. Alors qu’il essayait de se remémoré les faits antérieures, une femme vêtue d’une robe sombre avec quelque pierre vertes pâles qui l’ornementais, mais Chester connaissait cette jeune femme.

_Jeune femme : Enfin réveillé ?

_Chester : Anthea…

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.