FANDOM


1337612163616

"Quoi que l'on me fasse faire, je te ramènerais telle que tu étais."

Chester demeurait immobile tout en fixant le village. Très vite il commença à s’intéresse de prêt au puits de Soleil de Quel'Thalas et à des source synonyme de pouvoir. Il convoita son temps à l'étude des différents point important d'Azeroth : Quel'thalas, Nordrassil, Teldrassil, Ulduar et bien d'autre. Dix ans plus tard, la bataille d'Hyjal avait été achevée avec la défaite du marteau du Crépuscule qui grandissait suite au retour d'Aile de mort et de son cataclysme. Pendant plus d'une dizaine d'année il fit ses recherches, collecta des reliques et artefact capable de faire avancer ses travaux. Dix années à perfectionner ses talents de mage dans l'évocation, l'enchantement et la cryomancie. Tout ça pour un unique but. Par un jour ensoleillé, Chester se réveilla de son bureau ou il avait passé la nuit pour contempler ses recherches.

_Chester : Le puits de soleil ne suffira pas c'est indéniable. Il va me falloir le pouvoir de Nordrassil pour assurer l'état sanitaire et physique. L'esprit devrait toutefois être en bon état avec le puits.

Le masque n'avait pas parlé à Chester depuis son départ du Crépuscule, sauf par de rare occasion ou Chester lui posait des questions bien que parfois sans réponses.

_Aevy : Alors c'est ici que tu te cache ?

Chester releva la tête, reconnaissant la voie. Effrayé, il regardait le reflet de la fenêtre pour contempler Aevy Flynn, qui avait conservé son apparence charismatique même après dix années.

_Chester : Vous...

_Aevy : Dix ans ce sont écoulé depuis notre dernière rencontre, comment ça va ?

Chester pivota soudainement vers la femme pour lui envoyer une boule de feu qu'elle se contenta de repousser avec une barrière arcanique.

_Aevy : Même après dix ans tu n'a toujours pas changé. Audacieux, téméraire et inconscient, ou stupide.

_Chester : Je me moque bien de ce que vous pensez de moi.

_Aevy : Allons allons, je ne suis pas venu pour te rappeler ton coup d'état manqué à Hyjal.

_Chester : Et pourtant vous le faites bien...

_Aevy : Je suis surtout venue pour tailler une bavette avec mon ancien mande-hargne favoris.

Aevy se permit de sourire, ce qui accentua le doute de Chester qui restait d'avantage sur ses gardes.

_Chester : Vous avez une drôle notion du favoritisme.

_Aevy : Allons, tu m'en veux pour avoir juger nécessaire de changer ton état d'esprit pour récompenser le poignard dans le dos que tu m'a offert?

_Chester : Je vous avez dit que ma volonté n'appartenait qu'a moi lors notre première rencontre.

_Aevy : Oui, d’ailleurs je suis assez surprise que tu te sois libéré de l'emprise des très ancien.

Aevy s'approcha doucement de Chester qui empoignait discrètement l'épée dans le bas de son dos, camouflé par son manteau.

_Chester : Une simple formalité au programme que j'avais prévue.

_Aevy : Comme me tuer et revendiquer ma place ?

Chester avait la main sur la garde de son épée mais n'osait pas dégainer alors qu'Aevy se tenait droite devant lui, à porté d'être frappé d'une façon définitive.

_Aevy : Je ne regrette pas vraiment ton excès d'audace tu sais. Pas comme je regrette ce que tu est devenu.

_Chester : Vous croyez que votre jugement à un impact sur le mien ?

_Aevy : Regarde tout simplement ce que tu est devenue. Tu n'est plus qu'un magicien banale qui se permet de sévir en douce dans une tour isolé alors qu'avant tu avais vraiment une posture digne de tes talents.

_Chester : Le Crépuscule ne m'a pas apporté ce qu'il m'avait promis, tout comme vous Flynn.

_Aevy : Tu à juste mit tout ton potentiel de coté pour je ne sais quel objectif.

_Chester : Ça, ça ne regarde que moi.

_Aevy : Il serait peut-être temps que ça change justement.

_Chester : Je n'ai que faire de ce que vous attendez de moi.

_Aevy : Mon pauvre ami. Finalement je tombe à point nommé pour te remettre dans le droit chemin. Une fois encore.

_Chester : Votre voie ne m'intéresse pas.

_Aevy : Et pourtant elle devrait. Tu n'a de cesse de te rattacher au passé, passé ou tu étais faible et dépourvu de sens. Tu a peur de moi car tu crois que j'ai encore ta tentative entre les dents.

_Chester : La peur n'a rien à voir la dedans, j'ai juste un doute sur vous et qui me donnerais une bonne occasion de rattraper ce que j'ai manqué auparavant.

_Aevy : Tu vois tu recommence à radoter. Les choses qui ne changent pas ne servent à rien dans ce monde brisé, tu le sais pourtant aussi bien que moi.

_Chester : Contrairement à ce que vous pensez j'ai changé.

_Aevy : Et en quoi ? Tu est toujours un sorcier caché derrière son masque qui refuse d'affronter la douloureuse vérité de la réalité et qui ne juge que par son passé, comme le jour ou nous nous sommes rencontrés pour la première fois.

Chester demeurait immobile et silencieux tout en fixant le regard d'Aevy qui se mit à esquisser un léger sourire narquois.

_Aevy : Alors Chester ? Je n'ai pas raison ?

Chester ne répondit pas et tourna le dos à Aevy sans pour autant garder un œil sur elle, refusant d'admettre la raison. Aevy se contenta de lâcher un soupir. Le sorcier appuya ses mains sur la table alors que son interlocutrice lui tournait le dos.

_Aevy : Que tu est déprimant, un vrai loup solitaire.

Aevy se permit de faire l'état des lieux de la salle aménagé de la tour avant de tomber sur une armoire ou il y avait des victuailles. Elle prit une bouteille et observât le vin qu'elle tenait entre ses mains.

_Aevy : Tu à de grande cru et tu ne m'en proposerait même pas ? Quel égoïsme.

_Chester : Qu'est-ce que vous me voulez précisément ?

_Aevy : Ce n'est pas de la peur que je sent, si ?

Chester avait beau garder son calme, il était bel et bien déstabilisé par la présence de son ancien supérieur qui se servait tranquillement un verre de vin.

_Chester : Vous ne répondez pas à ma question.

_Aevy : Tu n'est qu'un imbécile. Je suis juste venu prendre de tes nouvelles et tu crois que je vais te ramener au Crépuscule ? Je ne tient pas une garderie tu sais. Les choses qui ne changent pas n'avancent pas et se dégradent d'eux même. Pour rectifier le tir, il faut sois les recycler sois les détruire. Et je trouve que ton vin rappe un peu à la langue. Dommage, il devait avoir bon goût.

_Chester : Vous croyez que c'est le bon moment pour tester les produits locaux ? Surtout que je doute que vous sentiez le goût.

_Aevy : Je ne me lasse jamais de lever mon verre, même si tu à raison. Mais tu pense que ta réflexion est plus importante que ce que je t'ai dis ?

_Chester : Allez voir ailleurs si j'y suis avec vos propos venimeux.

_Aevy : Tu va droit au mur Chester, pense un peu ce que je t'ai dis toutefois. Ça évitera peut-être que tu prépare ta chute plus qu'elle ne l'est déjà. Je repasserais peut-être, mais tu sais me trouver.

Aevy reposa la bouteille et le verre à moitié remplit de vin avant de quitter la tour. Chester demeurait immobile, pensif. Les paroles d'Aevy avait finalement plus d'impact qu'il ne pensait.

_Chester : Comment est-ce qu'elle à put en arriver jusque la ?

Je te l'ai déjà dis, elle est intelligente.

_Chester : Vous vous décidez enfin à montrer le bout de votre nez ?

Tu sais qu'elle à raison.

_Chester : Peut-être, mais je refuse de me plier à nouveau à une volonté exiguë comme la sienne.

N'a tu donc pas compris ? Ton avancé est voué à l'échec.

_Chester : Je me moque de vos préjugés ! Tous autant que vous êtes !

Chester frappa la table furieusement des poings, croyant que l'entité serais atteinte.

Tu sais que cette personne ne reviendra pas si tu n'arrives pas au bout de ton projet. Mais tu ignore que tu n'y arriveras pas seul.

_Chester : Non, j'y arriverais. Je le dois ! Je veux réussir coûte que coûte !

Chester restait toujours dans la posture ou il avait frapper la table, silencieux. Il savait qu'il avait tord et refusait de l'admettre. Il s'affala dans sa chaise et plongea son visage masqué dans ses mains.

_Chester : Que faire...tu sais que je ferais n'importe quoi pour revoir ton sourire, même brisé le monde...

Chester retira son gant droit pour regarder sa chevalière du Kirin Tor qu'il ne quittait jamais.

_Chester : Dis moi ce que je dois faire.

Chester regardait sa chevalière avant de baisser les bras et de détourner son regard sur l'ancienne place qu'occupait Aevy et le verre de vin. Il se leva, remit son gant et empoigna le verre pour le porter devant son visage.

_Chester : Quoi que l'on me fasse faire, je te ramènerais telle que tu étais.

Le sorcier format une masse de flamme autour de sa main avec le verre qui se brisa sous les écarts de température avant de resserrer sa poigne. Le vin bouillant jonchait le sol. Chester pivota pour rejoindre son bureau pour appuyer ses bras dessus et se pencher sur la carte d'Azeroth et ses recherches.

_Chester : Flynn veut du renouvellement ? Elle ne va pas être déçue.

Que va tu faire chaire de ma chaire ?

_Chester : Dans un premier temps me préparer.

Chester retira sont masque et le déposa sur la table après avoir balayer le bureau de sa main. Il prit de l'encre et traça des formes sur le bois, des runes et des inscription.

Judicieux, ça sera toujours une corde de plus à ton arc.

_Chester : J'ignore jusqu’où va ses pouvoirs, raison de plus pour me préparer au pire.

Chester chargea les inscriptions de magie de façon à enchanter le masque, les runes se transformèrent en fines poussière bleutée et le masque rougeoyait faiblement. Chester reprit son masque et le revêtit.

_Chester : Sculptrice de l'esprit hein ? Voyons si cet enchantement résistera à tes agressions mentale.

Tu sais que ce que tu fais est dangereux chaire de ma chaire.

_Chester : Évidement que je le sais, pour qui me prenez vous ?

La voie ne répondit pas, Chester se contenta de quitter la tour et de sceller l’accès à l'aide d'une rune soigneusement placé. Il se rendit dans une ville sanctuaire ou toute les races pouvaient se rencontrer sans entrer dans un conflit sanglant. Chester se fit passer pour un certain Renault Bessemer, archimage de l’œil Pourpre. Très vite, il gagnât la confiance du conseiller politique le plus important de la ville basé sur une démocratie et un trône partagé. Il fut nommé Champion lors d'un tournoi, malgré la tentative de tricherie d'un des spectateurs qui rendit Chester grièvement malade. Il fit la rencontre de Gabriel Belmont, le fils du célèbre chasseur de dragon au même nom. Surpris, le sorcier fit la référence au père Belmont et le fils confirma les pensées de ce premier homme. Chester sortit victorieux du duel bien que déçue de interpellation du mentor du jeune garçon Maltor Bornos qui réussit à sauver la vie au jeune Belmont.

Avec l'approbation de la conseillère, Chester déployât au bout d'un mois de travail forcené un bouclier au dessus de la ville pour la prévenir des assauts aériens et inaugura ainsi la place du successeur de l'ancienne Conseillère. Dans l'ombre, Chester format un groupuscule dévoué au culte du Marteau du Crépuscule et s'en servit pour mettre le bouclier en place et un catalyseur qui resta un secret au sein du gouvernement local.

Néanmoins, une guerre civile éclata et la Conseillère, son prédécesseur, leurs gardes respectives et des civiles voué à l'ancien gouvernement, rejoignirent Chester à la demande de celui-ci dans une tour qui camouflait l'un des relais du bouclier. Après avoir discuté avec eux, Chester démontra qu'il agissait pour le Crépuscule et révéla son identité. Après avoir former un portail pour le Bastion du Crépuscule, Chester mit en activité le catalyseur qui absorba les flux telluriques du bouclier pour les rediriger au quartier ou se trouvait la tour, ou bon nombre de révolutionnaire était présent. Un véritable cratère se forma ou des centaines de personnes, civiles, mercenaires, femme ou enfant y perdirent la vie. La zone était devenu un immense champ d'arcane distordu et rendait l'endroit impraticable.

Toutefois, Chester et le groupe sortirent du portail devant le bastion du Crépuscule. Étonné et trahit, la légion se dirigea vers Chester qui avait prévue le coup et dissipa le champ d'illusion qui masquait les anciennes troupes d'élite de Chester, des drakonnides du Crépuscule et des élémentaires. Voyant leurs fin arriver, Aevy sortit du portail pour rejoindre le groupe et leur proposer leurs adhésion au sein du Crépuscule. Au bout d'une poignée d'heure, les partisans furent convertit de la même manière que Chester auparavant. La Sculptrice se dirigea vers lui qui avait suivit la troupe depuis le début.

_Aevy : Je savais que tu reviendrais vers moi. Mais je ne m'attendais pas à un cortège de nouvelles recrues aussi important.

_Chester : Je me suis dit que je devais réparer mon excès de zèle à Hyjal, et avoir de quoi vous marquez afin de me reprendre au sein du culte.

_Aevy : Finalement tu a changé, un peu.

_Chester : N'allez pas me dire que ça vous surprend, je ne vous croirais pas.

_Aevy : Pourtant c'est le cas.

_Chester : Dites vous que ce n'est pas finit, j'ai une cible potentiel pour le culte.

_Aevy : Dis moi tout.

Chester expliqua la position instable de la ville qu'il à quitté. Aevy, forte intéressé, décida de détruire cette zone de façon définitive. Ayant eu de nouveaux ordres, Chester se déplaça à nouveau jusqu'au catalyseur encore opérationnel et refit exactement le même procédé, mais redirigea les flux tellurique de façon hasardeuse pour frapper toute la ville sans faire de favoritisme. Conscient des risques, Chester chevaucha un griffon et contempla le monstrueux carnage depuis le ciel dont il est l'auteur avant de rentrer au bastion du Crépuscule ou l'attendait patiemment la Sculptrice de l'esprit.

_Aevy : Revoilà notre talentueux sorcier comme convenu.

_Chester : Je vous avez dit que j'avais changé, vous n'avez pas voulut m'écouter.

Aevy : M'oui, mais maintenant je sais que tu est encore plein de ressources encore inconnue à mon égard. Je m'en réjoui.

_Chester : Moi qui croyais que les non-mort ne ressentait plus vraiment ce genre de chose.

_Aevy : Allons ne me regarde pas comme ça, je suis vraiment satisfaite de ta réussite.

_Chester : Vous m'avez demandé de rayer cette ville de la carte.

_Aevy : Oui, et d’ailleurs voilà de quoi te récompenser.

Aevy fouilla dans sa tunique pour sortir la chevalière du Crépuscule que Chester avait laissé à son homologue ascendant. Chester leva une main hésitante et pris la bague, l'inspectant au creux de sa main.

_Aevy : Bienvenue parmi nous Mande-hargne.

Chester mit la chevalière à sa main gauche, Aevy dessina un rictus satisfait à son visage.

_Chester : Nous partons sur de nouvelle bases désormais.

_Aevy : Oui, et j'espère que cette fois ci nous arriverons à nous entendre correctement.

_Chester : Ce serais mieux.

_Aevy : Je dis ça pour que nous venons à atteindre nos objectifs commun.

_Chester : Je doute que vous ayez bien besoin de moi pour accomplir vos dessins.

_Aevy : Possible, mais je pense que c'est une chose réciproque vis à vis de toi et tes projets.

_Chester : Il y à de forte chance oui. Quels sont les prochains ordres ?

_Aevy : Tu reviens en triomphe et tu en redemande ? Allons, tu mérite bien un peu de repos non ? Ne t'inquiète pas je te ferais part de mes futurs demandes dès que j'en aurais à ta hauteur.

_Chester : Vous êtes trop aimable.

_Aevy : Je suis surtout curieuse de voir les choses que tu me cache derrière ton masque.

_Chester : Je n'ai rien à vous cacher, et de toute façon vous finirez par le comprendre.

_Aevy : Oui mais j'aime bien les surprises. Et je sais qu'avec toi je vais être servis.

_Chester : Autre chose ?

_Aevy : Tu peux y aller.

Sans attendre plus, Chester reprit la direction de sa demeure aux Carmines. Pour une fois, Chester fit principalement de la marche pour se rendre chez lui. Il fit une halte sur les rives du lac Placide pour voir Comté-du-lac. Seul, il se tenait de l'autre coté du lac en face du petit village à observer une famille qui jouait sur la rive opposé. Chester restait immobile longuement avant de s'agenouiller pour voir son reflet dans l'eau. Il frappa son reflet aquatique avant de se relever et reprendre sa marche. Sa longue absence avait permis aux Gnolls de s'installer au pied de la tour, ce qui contraria Chester plus qu'il ne l'était déjà. Suite à un fracas pyrotechnique, Chester regagna le haut de la tour pour retrouver son bureau et ses plans délaissé par son absence.

_Chester : Je peux au moins faire ça en attendant.

Le sorcier commença à ranger le désordre qui avait pris place. En rangeant, il redécouvrit un coffret d'ébène aux armatures en or, pièce rare et de très grande valeur. Il prit le coffret pour l'ouvrir et dévoiler un médaillon, celui de Redanna que Chester avait retrouvé dans les ruines de Dalaran. Il déposa le coffret pour saisir le médaillon dans le fond de sa main. Un fermoir en argent.

_Chester : Ne t'inquiète pas, tout rentrera dans l'ordre dès que j'aurais finis.

Qu'est-ce que c'est chaire de ma chaire ?

_Chester : La raison qui me permet de rester en vie.

C'est pour cette personne que tu que continue tes recherches ?

_Chester : Seulement pour elle.

Chester regardait le médaillon, la voie semblait en faire autant à travers le masque. Le sorcier remit soigneusement le médaillon et en fit de même avec le coffret.

_Chester : Attend encore un peu Redanna, ça ne durera pas éternellement. Je te le promet.

Comment réagirais-tu en apprenant que ton expérience est perdu d'avance ?

_Chester : Allez vous faire voire.

Quelle susceptibilité.

_Chester : S'il y à une chose au-quelle je ne plaisante pas c'est celle la.

Chester se dirigea vers la fenêtre pour contempler les nuages grisâtres arriver.

_Chester : Une chose me turlupine. Voilà presque 15 ans que nous coexistons mais j'ignore qui vous êtes.

Appel moi le Tortureur.

_Chester : C'est une blague ?

Retourne toi.

Chester pivota pour contempler une créature revêtue d'un drapé noir. L'être était un amas d'ossement empilé avec une tête résumé à quatre crâne fusionnés entre eux. Les respirations sèches recrachaient de la poussière. La voie était la même que celle à travers le masque. Chester regardait l'entité du masque qui se tenait devant le sorcier, courbé comme un vieillard.

_Le Tortureur : Est-tu satisfait ?

_Chester : Qu'êtes vous bon sang ?

_Le Tortureur : Le Tortureur.

_Chester : Ça ne me dit rien...

_Le Tortureur : Je suis la création de cet Orc présomptueux qui à voulut jouer avec les âmes des défunts. Ce surplus de pouvoirs ma permis d'avoir une forme physique que je peux employer à mon bon vouloir.

_Chester : Alors pourquoi rester enfermé dans un masque ?

_Le Tortureur : Le masque me maintient en vie. Et je peux voire, entendre et parler à travers. J'aime bien être véhiculé par quelqu'un. Même si voilà plus d'une dizaine d'année que tu est mon hôte.

_Chester : Ça n'a pas l'air de vous déplaire...

_Le Tortureur : C'est le cas chaire de ma chaire.

_Chester : Moi qui m'attendais à quelque chose d'humain...

_Le Tortureur : Inutile de me flatter.

La créature libéra un rire osseux, sifflant et un tas de poussière au sol. Chester était plutôt effrayé par l'entité avec qui il partageait son corps.

_Le Tortureur : Tu sais pertinemment que tu n'arrivera pas à ramener cette « Redanna » en vie, mais tu ignore pourquoi.

_Chester : Ne remettez pas ça sur la table car je sais que je vais y arriver. Et même si je dois y passer toute ma vie voire plus.

_Le Tortureur : Je ne parle pas de ça.

_Chester : Alors quoi ? Quel est le problème ?

_Le Tortureur : Tu ne comprend pas ?

_Chester : Comprendre quoi bon sang de bonsoir ?!

_Le Tortureur : Pourquoi tu cherche à la ramener ?

_Chester : Ne change pas de sujet !

_Le Tortureur : Tu ne le vois donc pas ?

_Chester : Il n'y à rien a voire !

_Le Tortureur : Tu a perdu d'avance Chester.

_Chester : La ferme !

Dans un élan de colère, Chester déversa un flot de flamme carnassière sur la créature qui avait disparu entre les flammes. Chester se tenait la tête, comprenant que le Tortureur avait intégrer son masque.

Je me délecterais de ton échec cuisant.

_Chester : Rah silence ! Je n’échouerais pas c'est compris ?!

Nous verrons cela, en temps voulu.

_Chester : Mais quand va tu la boucler ?!

Chester retirait les mains et regardait son reflet dans la fenêtre. Le masque avait finit par faire œuvre de silence. Le sorcier se dirigea vers le bureau pour reprendre ses recherches.

_Chester : J'ai déjà perdu assez de temps comme ça. Reprenons.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard