FANDOM


Medieval market by minnhagen-d5c4fb5

Le marché de Stromgarde le matin.

Le soleil était d'or, un point immense dans un ciel bleu azuré, émettant une lumière chatoyante sur la ville de Stromgarde, la capital du royaume d'Arathi. A peine l'aube c'était dressée que les marchands ouvraient leurs étales, que des enfants s'amusaient dans les rues de la grande ville. Malgré la dispersion des autres royaumes humain, désormais indépendant, le royaume d'Arathi restait encore debout. La population continuait de vivre, que ce soit dans les bas quartier ou dans les loges du château. Les murs intérieur du château était couvert par des bannières écarlates, bordé d'or ou d'argent, un aigle blanc au centre. La famille royale n'était pas la seule à siéger dans l'immense battisse, avec elle se trouvait bon nombre de grand chevaliers, de personnel habile et polyvalent. Eadwig Trollmort siégeait sur le trône, a ses cotés siégeait Jhadras Roncenoire, un chevalier et paladin respecté par bon nombre de famille et un héros de guerre. Æthelred le Malavisé était le mage de la cour, un homme de confiance comme un puissant sorcier. Tout trois répondait aux interrogations des familles nobles, bourgeoises ou peu aisé. Mathilde Trollmort était assise auprès de son époux le roi avec sa gouverne près d'elle.

Les quatre grands personnages mangeaient ensemble, étant amis d'enfance avec le roi. Seul les enfants Roncenoire n'était pas à table. En effet, les deux filles de Jhadras, Victoria et Anthea travaillaient dur comme servante, cuisinière ou femme de ménage. Victoria était une femme d'une rare élégance, une beauté ravissante unissant yeux bleus clair et chevelure blonde comme le blé sous le solstice. Anthea quant à elle, était une jeune femme dans la fleure de l'âge, des yeux verts tel une forêt verdoyante voilés par une chevelure d'ébène.

La reine Mathilde pris soin d’accueillir la femme d'un noble réputé ainsi que son fils Legored Thierse et sa servante. Victoria et Anthea suivirent la gouvernante, partageant ainsi quelque paroles.

_Reine Mathilde : Et voici Anthea Roncenoire, la petite dernière de la famille du chevalier au même nom.

_Anthea : C'est un plaisir de faire votre rencontre excellence.

Polie dans les bonnes et dues formes, Anthea fit une révérence remarquable devant le seigneur Thierse, sa mère et la gouverne, qui lui fut rendu avec un agréable sourire.

_Dame Thierse : Voila longtemps que nous nous sommes vues mesdames, et c'est avec un immense plaisir que je suis ici. Et vous n'étiez que des petites filles aussi, aujourd'hui je me tient devant de belles jeunes femmes.

_Reine Mathilde : N'est-ce pas ? Au faites mesdames, vous n'êtes pas mariée je crois ?

_Dame Thierse : Quelle coïncidence ! Mon fils est lui aussi seul, et dans l'âge de se marier !

_ Legored : Mère je vous en prie...

_Dame Thierse : Allons mon fils, je ne fais que vous taquiner un peu. Mais vous devriez y songer sérieusement.

_Reine Mathilde : Vous aussi les filles.

Les deux sœurs répondirent en même temps, approbant les dires. Victoria et Anthea furent congédiées, les deux sœurs étaient libre de prendre du repos. Celles-ci rejoignirent la bibliothèque dans laquelle Anthea et Victoria étudiaient en secret l'alchimie et des écrits sur la magie. Jhadras n'était pas enclin a laisser ses filles décidé de leurs avenirs depuis la mort de leurs mère, la discrétion était alors primordiale. Plus tard; Legored rejoignit la bibliothèque, les deux sœurs précisément.

_ Legored : Je ne vous dérange pas mesdames ?

_Victoria : Oh loin de la sire. Nous nous apprêtions a partir.

Victoria fit un regard a sa sœur cadette qu'elle connaissait bien. Anthea saisit les ouvrages pour aller les ranger a leurs places.

_ Legored : Et bien, je me suis dit que la situation de tout à l'heure n'était pas..."parfaite" pour pouvoir s'exprimer clairement. Je me suis dis que, nous pourrions discuter et faire plus amples connaissance sans les regards pesant.

_Victoria : Ce serait avec joie monseigneur.

_ Legored : Vous pouvez m’appeler Legored vous savez.

_Victoria : Vous m’honorez seigneur Legored.

Victoria et Legored franchir la porte de la bibliothèque main dans la main, sous le regard déçue d'Anthea. Elle repris sa place sur l'un des pupitre de la bibliothèque pour reprendre la lecture. Elle fut surprise par Æthelred le Malavisé en train de lire des écrits sur la magie.

_Anthea : Seigneur Æthelred ...

_ Æthelred : Allons ne soit pas inquiète, je ne voulais pas te faire peur.

L'homme pris place devant Anthea et abaissa son capuchon en arrière pour dévisager Anthea avec un petit rictus amusé, contrairement à la jeune femme qui penchait son regard ailleur.

_Anthea : Vous...vous le direz a mon père...non ?

_ Æthelred : Allons allons, qui suis-je pour te dénoncer auprès de Jhadras ?

Le malavisé pris l'ouvrage et inspecta la première de couverture.

_Æthelred : Ah je comprend mieux pourquoi ça te gène tant que ça.

Le mage émit un petit rire sous le regard gêné d'Anthea qui esquissait un maigre sourire lorsque celui-ci feuilleta le livre.

_ Æthelred : Complet, explicite et claire. Tu a choisi le bon livre Anthea.

_Anthea : M-merci monseigneur...

_ Æthelred : Ne sois pas gênée, c'est rare que quelqu'un s'intéresse à la magie à Stromgarde depuis Dalaran. Si tu en avais les capacités j'aurais put te former comme les autres mages de la ville.

_Anthea : Vraiment ?

_ Æthelred : Mais bien sur que oui.

_Anthea : C'est...merci mais ce sujet ne reste qu'un rêve, mon père attend de moi une servante anoblit, épousant un noble de la ville....

_ Æthelred : J'aurais essayé. Garde espoir jeune fille, tu en auras toujours besoin.

Le sorcier se leva et déposa une main réconfortante sur l'épaule d'Anthea avant de quitter la salle, laissant Anthea retrouver le sourire. Anthea reprit le livre et repris la lecture, au bout d'un moment elle murmura une incantation juste par plaisir de l'énoncer. Alors qu'elle pinçait la page pour poursuivre, une onde arcanique se dégagea de sa main et propulsa le pupitre et l'ouvrage sous la stupeur d'Anthea. Le bibliothécaire arriva suite au cri de surprise d'Anthea qui ramassais le livre et le pupitre, lui faisant croire qu'elle avait fait preuve de maladresse. Stupéfaite, Anthea rejoignit sa sœur le soir et lui conta les faits. Victoria était aussi heureuse que ça petite sœur, mais non pas pour le sucés de cette dernière, mais par Legored Thierse duquel elle était tombée sous le charme. Anthea vint à la rencontre d'Æthelred le Malavisé, dans le but que celui-ci arrive à convaincre Jhadras de la laisser devenir une mage. La famille Roncenoire, Legored Thierse et le mage de la coure étaient tous la, pour assister au refus du père de famille. Attristée, Anthea regagnât sa chambre ou elle reprit la lecture du livre qu'elle avait emprunté. Elle travailla dans l'ombre, sans avertir personne et dans le plus grand silence, les divers tournures de la magie. Elle apprit qu'Æthelred le Malavisé et Jhadras Roncenoire ouvrirent un recrutement de mage. Anthea y voyait l'opportunité immanquable, elle revêtit une perruque de théatre et des vêtements de sa défunte mère pour passer inaperçue. Elle se présenta aux cotés des autres "recrues". Æthelred et Jhadras passaient devant la rangée de mage novice, Victoria était présente avec son compagnon Legored Thierse. Æthelred et Jhadras vinrent s’arrêter net devant Anthea qui déglutit sous le regard pesant de son père.

_ Æthelred : Qui êtes vous ?

_Anthea : Je je m'appelle Antoine monseigneur.....

Sans un mot, Jhadras bouscula Æthelred et pris la perruque d'Anthea pour dévoiler son vrai visage sous les yeux ébahits de la population.

_Jhadras : Je peux savoir à quoi tu joue Anthea ?

_Anthea : Je...ahem...j'ai eu vent que vous recrutiez des mages et....

_Jhadras : C'est hors de question. Nous avons bien assez parlé de ce sujet.

_Anthea : Mais père, je sais me servir de la magie ! Re-

_Jhadras : Ça suffit Anthea ! Je t'ai dis non a plusieurs reprises !

_Anthea : Mais pourquoi ?!

_Jhadras : C'est un fait qui est et restera ainsi, tu ne discute pas !

_Anthea : C'est de mon avenir que nous parlons, n'ais-je pas mon mot à dire ?!

_Jhadras : Pas temps que je serais ton père non.

Le regard d'Anthea se chargea de haine et de rancune, serrant les poings et les dents, les larmes aux yeux sous le reste de la population ébahit par la scène de ménage.

_Anthea : Et bien figure toi que je me serais bien passé d'un père comme toi !

Sous la colère, Anthea se mit à courir vers son logis sans se soucier de ce qui l'entourait. Elle gagna sa chambre et se jeta sur son lit en pleurant. Victoria et Legored rejoignirent Anthea très peu de temps après.

_Victoria : Tu vas bien Anthea ?

_Anthea : Qu'est-ce que vous voulez...

_Victoria : Qu'elle mouche t'a piquée pour dire une chose pareil à père ?

_Anthea : C'est injuste...

Victora pris place a coté de sa sœur et la consola dans une étreinte réconfortante malgré les pleures de la jeune mage. La tension était palpable entre Anthea et Jhadras dans les jours qui suivirent cet événement. Néanmoins, Anthea était chaque jours plus motivée à apprendre la magie. Elle emprunta des livres à la bibliothèque sur n'importe qu'elle école de magie et approfondit ses connaissances et la pratique. Mais plus temps passait, plus les motivations d'Anthea s'assombrissaient, désirant uniquement imposer son point de vue à son sujet. Pendant trois ans, Anthea œuvra dans l'ombre du château. Victoria c'était mariée avec Legored Thierse et était considérée comme une noble, n'ayant plus besoin de travailler comme servante dans le château de Stromgarde, elle s'installa avec son conjoint dans un manoir en ville, délaissant sa famille. Anthea allait voire en secret Æthelred le Malavisé pour obtenir des conseils sur la magie, apprenant chaque jour quelque chose. Malheureusement, Jhadras gardait un œil étroit sur sa fille et se faisait de plus en plus irascible. Au point même d'envoyer Anthea dans les cachots du château pour apporter de la nourriture aux prisonniers. C'est ainsi qu'Anthea fit la connaissance d'un viel Orc, Kros Sombrelangue. Le colosse balafré, bien qu’inoffensif, effrayait Anthea à chaque fois, bien que l'Orc soit calme et posé.

_Anthea : Voila votre repas...

_Kros : Qui est tu pour venir me repaitre de mon chagrin petite ?

_Anthea : Je...je m'appelle Anthea Roncenoire...

_Kros : Je vois...Parle moi de ton passé, je veux savoir si les Humains arborent les mêmes coutumes que mon peuple, comme l'honneur.

_Anthea : Oh...Et bien...pourquoi pas.

La jeune femme conta son histoire, courte et parsemé de mésaventures à l'Orc. Ce dernier restait silencieux et écoutait attentivement, les bras croisé sur son torse.

_Kros : Le malheur c'est abattu sur toi visiblement. Je ne sent pas l'honneur a travers tes paroles. C'est étrange.

_Anthea : Étrange ? Que voulez vous dires ?

_Kros : Pour nous autres Orcs, l'honneur est une loi fondamentale. Un être sans honneur n'a aucun droit de vivre, il s’efface de la mémoire des autres, balayé comme du sable emporté par le vent.

_Anthea : Nous sommes différents, vous êtes grand, fort et ve-...juste différent...

_Kros : Les Nains de Khaz'modan que j'ai affronté avaient de l'honneur. Toi, tu n'est rien. Tu me fais pitié.

_Anthea : Vous êtes dur...Je ne suis pas votre geôlier ou votre bourreaux...Et je n'ai pas choisi mon avenir, je suis juste bonne à obéir aux ordres de mon père...

_Kros : Non. La vérité, c'est que tu est faible.

Anthea fit de gros yeux, comme si elle venait d'apprendre la meilleure chose qui pouvait lui arriver. Le colosse pris un bout de papier et s'entailla le doigt pour dessiner dessus. Il tendit l’œuvre a Anthea, l'air sérieux et presque froid.

_Kros : Je rejoins mes ancêtres dès que l'aube se pointe. Il n'y a personne a qui donner un héritage, et je vais te remercier pour ton hospitalité. Je t'en fais cadeaux. A condition que tu sois assez forte pour t'en servir magicienne. Retrouve mes affaires et elles t'appartiendront. Fait moi honneur et n'oublie jamais.

Anthea pris la feuille devenue une carte. Les traits grossiers montraient clairement un fourré non loin de la capitale. Anthea regardait l'Orc qui était dos contre le mur, et de profil pour Anthea.

_Anthea : Je le jure.

Anthea délaissa son prisonniers pour atteindre sa chambre. Elle mit une tenue citadine avant de partir en dehors de la ville, assurant les gardes d'une simple cueillette de fleur pour un bouquet estival. Anthea passa une heure à marcher, suivant le tracé de l'Orc. Arrivè à destination, elle découvrit les ruines d'un campement de fortune, et dans une tente abîmé, une sacoche. Elle ouvrit la sacoche et sortit un épais ouvrage dont les reliures étaient en fils tréssés et la couverture en cuir noir. Anthea se hâta de rentrer à Stromgarde avant la pénombre qui s'installait. C'est dans sa chambre, à la nuit tombée, qu'Anthea saisissait l'épais ouvrage soigneusement dissimulés sous les fleurs. Anthea regardait les premières pages du livres qui étaient couverte de symbole de langue Orc. Le clocher de la ville sonnait, l'heure du coucher, la ou les nocturnes se lèvent pour arpenter la ville.  

Page suivante

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard