FANDOM


-Revenez ici, mademoiselle ! Ce n'est pas un endroit
563 panic

Bombe de pyrite.

pour personne comme vous, lança la gouvernante.

-Je ne suis pas une fille qui veut apprendre à danser, tricoter ou faire ces choses là, je veux faire des choses dont j'ai envie, dit-elle avec une voix colérique, et faisant la moue juste après.

-Vous devez être une grande dame, vous serez une personne importante plus tard et épouserez un très bon noble, pour le moment, vous n'avez que trente deux ans. Et vous n'avez rien n'appris pour l'instant.

-Vous mentez ! Je sais utiliser la rapière d'oncle Dendris, qui l'a offerte à père à la réception de cette année, même que tante Fyra va avoir un enfant !

-Ce ne sont pas vos affaires, vous êtes trop jeune pour parler de cela et encore moins toucher à des armes, ce n'est pas digne d'une personne de votre rang, envoyant ces dires aussi sèchement qu'elle prit la main de la petite fille.

-Lâchez-moi tout de suite, se débattant comme une chatte, je vais le dire à mère !

-D'ailleurs, en parlant de cela, votre mère vous a inscrite à une école pour y apprendre la magie, dans quelques mois, comme elle l'a fait, elle ouvrit une porte menant aux jardins tout en tirant la fille avec sa main. Allez donc respirer cet air, je sais au moins que vous aimez les jardins de votre père, c'est déjà ça.

L'enfant courut dans les jardins à la découverte des nombreuses variétés qu'elle n'a pas encore vue, cette turbulente fille n'était que tout simplement l'héritière de Nalya et Vaalar, qui se nommait Elÿrith. Élevée par une gouvernante principalement sous les directives de ses parents, ces derniers n'étaient que très peu présents à la demeure. Le marquis quant à lui travaillait sans relâche pour le compte de la Cour, et aussi pour l'un de ses amis, le magistère Ternesoir qui avait des terres sur la côte est de Lune-d'Argent. D'autre part, Nalya était, tout comme son mari, occupée à la terrasse des magistères, à propos d'un projet qui consisterait à protéger le Puits de Soleil; tout en testant cela sur les frontières, non-loin des trolls, sous la surveillance des pérégins.

Pendant les semaines qui arrivèrent, la jeune Elÿrith n'avait eu assez de rester seule, sans aucun enfant pour se distraire. Elle fugua donc, se dirigeant dans l'Allée de la rôdaille, dans un premier temps, recherchant où se trouvait le centre de la capitale. Ne pouvant emprunter l'allée qui amenait directement au Bazar pour travaux, et extension de la cité. Elle qui habitait dans la partie ouest de la cité. Courant un peu partout, dans le quartier résidentiel, arrivant tout de même à la place de l'épervier et voyant une sortie. Un garde l’interpella, afin de savoir ce que faisait une enfant de son âge sans surveillance, cette dernière prit la fuite et se faufila pour lui échapper. Quelques minutes s'écoulèrent, le garde reprit alors son poste en perdant de vue l'enfant, elle profita donc de cette opportunité pour continuer sa fugue. Malgré son jeune âge, c'est une enfant lettrée, elle savait lire parfaitement le thalassien, et même des notions du commun, grâce à cela, elle put lire les panneaux qui la dirigèrent vers l'entrée Est de la cité.

Arrivant devant la porte du Berger, elle regarda de haut en bas la majestueuse édifice, qui se dressait devant elle. Par la suite, elle s'aventura donc dans le coeur de la cité, en passant par le Bazar, tout d'abord. Les heures passèrent, le crépuscule fit son apparition, sa dernière destination l'amena dans un lieu peu recommandable, appelé aussi l'Allée du meurtre, la pénombre régnait ici, même au crépuscule, aucun rayon du soleil fit son apparition. Un silence de mort subsistait pendant deux longues minutes, l'enfant scrutait peu à peu les environs en faisant quelques pas, lorsqu'un groupe de cinq personnes sortit d'un édifice, qui semblerait être une auberge. L'un d'eux prit la parole.

-Et bien, une enfant toute seule ici ? Messieurs, apprenons à cette gamine qu'il ne faut jamais quitter ses parents, ou encore trainer seule ici. Faisant un geste aux hommes, ces derniers encerclent et intimides l'enfant avec des sourires très vicieux ainsi que l'un d'eux sort une dague.

-Mais...Je-...Si j'avais une arme comme vous bande de gredins, je vous trancherai ! Tapant du pied à s'en faire mal au talon, et avec les dents serrés affichant aussi une telle colère qu'un enfant de son âge serait terrorisé.

-Voyez-vous cela ? Une gamine de noble à coup sûr, cette insolence et arrogance, ça ne peut être que ça. Prit la dague de son complice et s'amuse à jongler devant l'enfant.

Les hommes jubilèrent devant elle, le meneur semblait vraiment énerver la jeune fille, débitant des clichés tellement puérils qu'il paraissait vraiment stupide. Pendant ce temps là, une femme lourdement armée, avec de la très bonne plaque, digne d'une personne talentueuse dans ce domaine, sortie de l'auberge également, regardant quelle tournure l'altercation pouvait prendre, discrètement tapie dans l'ombre. Tandis que les harceleurs s'amusèrent avec l'enfant, cette dernière ayant observait le rythme des gestes, de celui qui avait la dague, pour appréhender son prochain mouvement. Elle subtilisa la dague, avec sa main droite, retournant le pommeau de la dague, visant ensuite vers le bas, à la verticale, l'homme était à genou devant elle, pour se mettre à sa hauteur, et lui planta la dague dans la cuisse avec autorité, criant par la suite afin de brûler les tympans de cette personne à proximité d'elle.

-Ahhhh ! Mais qu-...qu'as-tu fa-...Je vais t'égorger, te faire saigner comme ces trolls, hurla-t-il en retirant la dague de sa cuisse, dégoulinant de ce liquide rouge carmin.

Une ombre surgit derrière les hommes, qui se trouvèrent dos à l'enfant, un cliquetis métallique se fit entendre et les deux hommes en retrait du groupe se retrouvèrent à terre, inconscients. L'origine de ce cliquetis était cette femme camouflée, elle qui abordait fièrement le tabard de Lune-d'Argent, avec son armure prestigieuse. Cette elfe et l'enfant lancèrent toutes les deux des regards intense vers l'homme qui semblait à la tête de ce groupe. La vision de ce mastodonte lui fit lâcher la dague, fébrile, baissant la tête comme un pourceau qu'on emmenait à l'abattoir. L'elfe lui donna un coup de pied latéral au niveau tempe de l'homme, en prenant la place de l'enfant. Elÿrith regardait la scène en silence, depuis l'arrivée de la femme. Les deux derniers regardèrent l'elfe, tétanisés par la peur et par ce regard, ils virent ses deux orbes azur s'avancer vers eux. La femme, quand à elle être, claqua les têtes de ces deux hommes l'une contre l'autre, par la suite, ils tombèrent inertes au sol.

-Fillette, ton audace ainsi que ton courage te mèneront à perte si tu ne penses pas à te contrôler, tu es indisciplinée par contre, c'est un fait. Sinon, ton analyse de la situation et l'anticipation de ses mouvements sont remarquables pour une enfant comme toi. Lançant cela à Elÿrith en se mettant à sa hauteur en fléchissant les genoux. Et donc, est-tu une fille de noble ? Regardant l'accoutrement de la jeune elfe en posant cette question.

-Ou-...Oui, répondit-elle en étant un peu désorienté par les événements. Je suis la fille du marquis Brùlaurore, Elÿrith Brùlaurore, lança-t-elle en faisait une révérence un peu maladroite. Merci, dame de m'avoir secouru, même si j'aurai pu régler son compte à celui-ci !

-Ha ha ha, rit-elle, je n'en doute pas, il était tellement surpris par ce que tu as fais qu'il aurait même pu y perdre la vie, mais pour les autres, tu n'aurais rien pu faire. Oh excuse moi, je ne me suis pas présentée, Adare Fierayon, chevalier de Lune-d'Argent, nous nous occuperons de ces idiots, rien qu'à les voir, ça ne m'étonnerait guère que ça soit la première fois pour eux.

La chevalière escorta la jeune fille auprès des gardes, afin de la ramener chez elle. Quant à Adare, déployant sa lame de son fourreau, avec d'autres gardes, ils se dirigèrent vers la prison la plus proche.

Cette mésaventure aura vraisemblablement une forte influence sur ses choix, dans un avenir lointain, mais pour l'instant, l'enfant prit conscience qu'il n'était pas impossible pour elle, en tant que fille de noble, de ressembler à ce genre de personne.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard