FANDOM


Histoire

Ruins of the swamp city by josheiten-d5b66fo

Aperçu des ruines de Aldre'Thar


Les Ténèbres … Ils furent apportés il y a près de 10.000 ans par nôtre peuple les biens-nés. Nous avions cru que Sargeras était la voix de la raison même, un Dieu vivant, l'Unique Dieu, et c'est ainsi que nous l'avons laissé diriger ses armées sur nos terres. Beaucoup de sang fut versé et la nuit parue sans fin, pleines de Terreurs, nous disions aux enfants que les vrais monstres n'existaient pas, alors qu'étaient les Démons ? Et qu'étions nous devenus ? Finalement la Lumière est revenue, grâce à un jeune Druide et l'aide des Cinq Grands Aspects Dragons au prix de nombreuses pertes et notamment la plus grande que nous n'ayons jamais connu : La Grande Fracture La Perte du Puits d'Éternité, cela ne sembla pas plus nous affecter que cela, mais nôtre peuple nous bannit pour avoir été les fautifs de cette catastrophe … Nous étions les Quel'Dorei et avions bâti un Empire sur les Terres de l'Est, nous avions vogué à travers la Grande Mer et vu ce qu'il restait de nôtre Puits bien aimé, nous étions arrivés sur les rivages de l'Est mais des choses murmuraient à nous esprits, nous sommes donc allés plus loin vers l'Est. Nous avions commencé à ériger de puissantes tours et nous avions chasser les Trolls Amani. Lentement une nouvelle faim germa dans nos êtres et cette nouvelle faim se fit trop pressante, trop débordante, nous ne pouvions lutter … Une partie d'entre-nous sombra dans les Ténèbres, la Lumière et la Nature nous avaient quitté et nous fuyaient nous ne pouvions plus appeler leur douce présence à nos côtés. La minorité que nous formions s'est « transformée », ceci était probablement du à la trop longue exposition aux arcanes que nous avions subis durant la Guerre des Anciens et la Grande Fracture. Nous cherchâmes de nouvelles sources de pouvoirs et nous les avions trouvé, l'Hémomancie ou la Magie du Sang et la Magie des Ombres. Nous avions sombré dans les Ténèbres et plus nous cherchions moins nous ne pouvions remonter de ce précipice dans lequel nous plongions inexorablement. Notre morphologie se mit lentement à différer de celles des Quel'Dorei « normaux », nôtre peau s'était pâlie et nos yeux commençaient à virer au noir ou au rouge, nos ongles s'étaient allongés et devenus de petites griffes, nos chevelures autrefois blondes étaient maintenant blanches, noires ou rousses. Nous n'étions plus de Quel'Dorei, les nôtre nous rejetèrent à cause des différences qui s'affichaient et nous étions pour eux la honte du peuple, le déshonneur de la race. Perdus, exilés, nous nous unîmes et nous parvînmes à prendre un navire à la recherche de nouvelles terres. Partant vers l'Est nous mîmes peu de temps avant d'arriver sur une île assez vaste recouverte par une sombre forêt qui entouraient un promontoire fait de roches noires et abruptes. Nous partîmes vers ce mont noir en espérant y trouver un abris avant de pouvoir construire des habitations dignes de ce nom. Au loin, nous aperçûmes la Nuit être percer par une douce Lumière, beaucoup d'entre-nous disaient que cette Lumière venait de l'île de Quel'Danas, nous rappelant douloureusement le fardeau que nous portions et la perte de la Lumière en nos êtres. Nous marchâmes dans cette forêt sombre, la Lune perçait parfois la ramure des arbres nous éclairant tendrement. Arrivé au rocher nous trouvions un petit abris sous la Roche, une petite caverne assez grande pour tous nous accueillir et nous discutâmes de la démarche à suivre, il semblait clair que tout lien avec nôtre ancien peuple était brisé et impossible à réparer et qu'il fallait donc nous trouver un nom, nous choisîmes le nom de Shindu'Dorei, les Enfants Brisés dans nôtre langue. Par la suite, l'évidence frappa notre communauté que nous devions nous établir sur cette île et nous construirions nôtre capitale en cette Terre. Le choix d'un dirigeant fut plus aiguë à définir, chacun voulant l'être, au final nous choisîmes d'établir les lois ensembles et que chacun d'entre nous serait indépendant, ne devant rien à l'autre. Nous étions alors une vingtaine de famille, mais seulement cinq furent appelées à prendre le pouvoir si jamais nous rencontrions des crises mettant nôtre peuple en péril : Les Agaëti, Les Sangraën, Les Layn, Les Shin'Rael, et les Asha'Lyr. Malgré nôtre penchant pour les ombres et le sang, l'arcane ne nous avait pas quitté grâce à elle nous érigeâmes une tour que nous nommions « Harren'Ghar ». Nous comprîmes que cette tour ne nous permettrait pas d'y vivre éternellement, c'est pourquoi, dans un respect de la nature nous avons creuser sous la roche, la modelant selon nos envies grâce à l'arcane et c'est ainsi que lentement nôtre capitale « Aldre'Thar » vit le jour. En son centre nous étions parvenus à assembler un réceptacle de Magie dont nous tirions nos forces et nombreux de nos pouvoirs, il fut créer grâce à une fiole du Puits d’Éternité que l'un de nous avait récupéré auprès de nos anciens frères. Ce nouveau Puits nous apporta une chose que nous n'avions pas envisagé, l'Immortalité, ou du moins une très longue vie, d'après mes souvenirs le plus vieux d'entre nous avait cinq millénaires à son actif et était toujours en forme avant de se faire assassiner. C'est d'ailleurs à ce même moment que nous apprîmes que seule une arme « enchantée » avec du sang de l'un des nôtre pouvait tuer nos semblables, ou un coup mortel tel que transpercer nôtre cœur ou nous trancher la tête, même si cela est peu glorieux et fait parti de nôtre sombre passé, il en allait de mon devoir de rédiger dans cette lettre la vérité et uniquement la vérité même si nous découvrîmes plus tard que les lames runiques étaient tout autant mortelles pour nous.

Nous pensions être tranquilles sur nôtre île cependant, certains Quel'Dorei s'échouaient sur les rivages, nous ne pouvions contrôler nôtre soif de sang et pris par nos instincts animal, nous les mordions généralement buvant leur sang. Cependant, les Quel'Dorei une fois mordus sombraient dans les Ténèbres comme nous l'avions fait il y a longtemps, mais ils finissaient par être consumés par leur propre soif de sang, devenant incontrôlables et destructeurs. Si nous ne les abattions pas, ils finissaient tout de même par s’autodétruire provoquant leur propre fin.

Nous décidâmes de ne plus en « contaminer » et de les tuer proprement avant de boire leur sang et si il s'avère que l'un d'entre nous en transforme un … Nous devions l'exécuter immédiatement.

Une histoire devenue Légende, raconte qu'une Jeune Shindu'Dorei était tombée amoureuse de sa proie, elle se cacha avec son nouvel amant qui ne put résister à ses charmes et à sa beauté … Malheureusement la dulcinée commit l’irréparable mordant son conjoint et le transformant en « monstre ». La créature sombra dans la soif de sang et pour la soulager sa compagne lui accorda le droit de boire son sang, ne pouvant supporter la vue de son Amant se consumer. Il y eut alors un miracle, plus jamais l'ancien Quel'Dorei n'eut une violente soif de sang, et il vécu plusieurs mois alors que les transformés ne vivaient qu'un mois. La jeune fille surprise décida de retourner parmi les siens au côté de son amant. La surprise fut générale et des scientifiques se mirent à essayer de transformer les Quel'Dorei et leur donner de leur sang juste après le baiser sanglant. Les résultats étaient fructueux, les Quel'Dorei finissaient indéniablement par muter et à ne pas être détruits par leur soif de sang. Néanmoins si un transformé mordait un Quel'Dorei ce dernier ne mutait pas. Nous les considérâmes comme inférieur et ce encore plus lorsque nous découvrîmes que nous pouvions plier à nôtre volonté ceux que nous avions transformés. Ils furent baptiser « Dorithur » qui signifiait Esclave en nôtre langue. Lorsque d'autres espèces, notamment celle nommée « Humain » vint sur nos terres, nous essayâmes de les transformer. Le résultat était différent, ils nous ressemblaient de par leurs yeux, leur peau et leurs ongles mais ils avaient toujours la carrure grossière d'un humain et non nôtre élégance flagrante. Nous n'essayons pas avec les autres races car aucune d'entre-elles ne venaient à nous. Nous prospérions, et beaucoup d'entre-nous finirent par plonger dans la luxure et le vice ainsi que la recherche de pouvoir, pour la première fois dans nôtre histoire il y eu des guerres civiles, opposant différentes familles les unes contre les autres et quelle ne fut pas la découverte étonnante que nous fîmes : Lorsque nous buvions le sang d'un des nôtres, nous assimilions une partie de ses pouvoirs et devenions bien plus puissants. Cependant le Sénat fut mis en place et interdit de boire le sang d'autrui sans consentement ainsi que de dépasser un « harem » de 100 Dorithur. Jamais nous ne connûmes un âge aussi prospère que cette longue période qui sembla durer une seule journée, nôtre capitale était bien plus grande et nous vivions en harmonie, célébrant nombreuses choses par de somptueux bals. Cela faisait plusieurs millénaires et de nombreuses sous-familles tirées d'alliances entre nobles et petit bourgeois avaient eu lieu créant divers clans.

Mais, comme dans toute histoire … Il doit y avoir tragédie. Nôtre royaume si prospère entendit parlé du Fléau Mort-Vivant qui ravageait Quel'Thalas, mais nous nous pensions en sécurité sur nôtre île. Ce fut une erreur importante, un détachement du Fléau vint sur nôtre île, l'un des Quel'Dorei avait du en parler sous la menace. Nous n'étions pas du tout préparer à une nouvelle guerre et la capitale fut mise à sang. Les survivants remontèrent à la surface et fuirent vers le reste d'Azeroth, nous dispersant à jamais. Nous avons été punis à deux reprises, pensez vous qu'un réel Dieu aurait permit cela ? Sommes nous tout simplement Maudits ? Peut-être n'aurions nous jamais les réponses à ces question, cependant la jeunesse revient et une nouvelle ère pour nous.

Mémoires d'Al'Drothuis H'Ghar,

Shindu'Dorei de la Première Génération.

Post-scriptum : D'après les récentes rumeurs, l'enfant Agaëti-Sangraën tente de prendre le pouvoir accompagnée par quelques autres familles nobles dont la famille Shin'Rael et la famille Aman'Lyr. Elle voudrait reprendre nos terres et rendre à nôtre capitale sa gloire d'antan. Peut-être est elle nôtre futur espoir ?

***

La Nouvelle Génération :

Alryvia contemplait l'océan, elle était parvenue à faire ériger une flotte de quatre puissants navires armés. Elle était parvenue, grâce à plusieurs ruses, à tromper des gobelins les forçant à créer les navires nécessaire à son peuple, faisant chercher des embarcations abandonnées le long des côtes comme il est souvent coutume en ces heures sombres.

Elle se remémora ses actions passées, comment elle avait permit à son peuple de survivre en faisant une alliance de circonstance avec une branche du Fléau non extrémiste, acceptant en son sein des créatures vivantes. Et ce dans le but d'atteindre celui qui avait causé la chute et l'exile de son peuple : Arthas. En fin de compte elle y était parvenue, délivrant des informations à sa cousine Cae'Sindra Shin'Rael qui en informa des agents de Dame Sylvanas Coursevent, ainsi que la Lame d'Ébène qui avec son alliée la Croisade d'Argent avait finit par lancer un assaut sur la Citadelle de la Couronne de Glace et mettre fin aux jours d'Arthas. Elle avait d'ailleurs insisté pour se rendre sur les lieux pour se rendre compte par elle même de la mort du gamin, quelle ne fut pas sa surprise de voir qu'il avait été remplacé, néanmoins elle avait eu ce qu'elle voulait. Alors que son peuple encore faible commençait à s'éparpiller elle décida de se nommer « Reine » avant de pouvoir mettre en place un régime plus construit. Sa cousine, et Lord Aman'Lyr l'aidait dans son entreprise, ils descendirent du Norfendre pour s'établir dans un Village nommé Bois-du-Bûcher, ils durent néanmoins massacrer la population avant d'y vivre en toute quiétude. Elle se souvenait qu'elle avait fait entreprendre la création de quelque Zeppelins, mais des Drakes noirs vinrent tout détruire. Le Village s'étant fait trop remarqué, elle partit avec son peuple cherchant une nouvelle terre avant de s'établir sur un village côtier à l'Est des Paluns, le village étant abandonné ils purent s'y établir tranquillement, elle fit construire et acheter des navires à l'aide de gobelins, qu'elle parvint à faire assassiner après de nombreuses tentatives qui furent des échecs, les crapauds ayant piégé leur habitation. Et alors que la vie battait son plein et que bon nombre des siens rejoignaient le village, il y eu un Nécromant, cette créature totalement folle pensait qu'ils étaient la clé pour ramener à la vie la Reine de Sang Lana'Thel, et la caste des San'Layn ce qui permettrait de rendre le Fléau de nouveau actif et plus puissant que jamais. Alors que la menace était contenue, il était parvenu à créer des abominations et autres non-morts décérébrés pour son compte avant de les lâcher sur le village. S'étant allié à un traître il parvint à prendre le village lentement les défenses cédant une à une, ils n'eurent d'autre choix que de prendre les navires et c'est ainsi qu'elle se retrouvait là à penser à ces choses passées ainsi qu'à son histoire avec le descendant des Asha'Lyr, lui qui avait tenté de la tuer à mainte reprise, ils avaient passé un pacte : elle ne tuerait plus de vivants ni ne les torturait en échange de quoi il la laisserait elle et son peuple. Leur accord fut conclu par un baiser, elle s'était alors permise de l'aimer quelque instants avant de le rejeter froidement le laissant disparaître dans la nature.

Sa cousine, Cae'Sindra Shin'Rael vint la rejoindre sur la poupe du navire, sa chevelure argentée flottant doucement au gré des vents ; ses yeux bleus, chose qu'aucun autre n'avait dans son peuple, regardant l'horizon elle prononça doucement :

- « Nous devrions rentrer chez nous, tendre cousine. »

- « Chez nous ? » Répondit Alryvia acerbe, ses cheveux de la couleur des ailes d'un corbeau battaient son visage avec le vent qui se levait doucement et ses yeux rouges fusillant sa cousine du regard ; « Cela fait longtemps que nous n'avons pas de chez nous, le dernier chez nous vient à l'instant d'être détruit ! »

Sa cousine la regarda tristement en souriant :

- « Nôtre premier chez nous, ne pensez vous pas que nous sommes assez nombreux pour bâtir à nouveau Valar Morghulis et la grande tour Harren'Ghar ? Nous avons assez erré, là bas personne ne viendra plus nous chercher et si nous activons les cinq sceaux de la ville nous pourrons rester invisibles aux yeux de tous »

Alryvia fut perplexe, jamais il ne lui était venu à l'esprit de retourner à Aldre'Thar le lieu où elle était née ils y a plusieurs décennies.

- « Les sceaux ? Quels sceaux ? » Demanda-t-elle doucement.

- « Vos parents ne vous en ont jamais parlé ? Il y a cinq sceaux, un sceau pour chaque famille régnante, en les activant des énergies arcaniques seraient libérées cachant nôtre île aux yeux de tous, s'était ce qui aurait dû être mis en place lors de l'assaut mené par le Fléau sur nos terres. »

Ses parents Alryvia y repensa … Ils étaient morts comme tout le reste. Elle ne savait même pas si le Puits de Aldre'Thar était toujours en place si ils étaient vraiment immortels comme à l'escompter.

- « Dans ce cas nous irons. » Déclara Alryvia d'une voix un peu plus forte.

Elle fit changer de cap la flotte et les Shindu'Dorei partirent regagner leurs terres.

Ils arrivèrent sur des terres hostiles, la végétation sombre et dense était un obstacle, mais le pire était les créatures non-mortes qui rodaient dans les bosquets. Les énergies Impies n'avaient laissé aucune trace de leur passage et ils avancèrent lentement. Apeurés par l'inconnu la plus part frémissaient en avançant dans la forêt, Cae'Sindra et Alryvia retrouvaient leurs marques et les endroits où elles s'aventuraient plus jeunes. Ils virent une imposante tour en ruine se dresser à environ cinquante mètres d'eux, malgré son état elle restait imposante et sinistre, des corbeaux planaient lentement. Alryvia esquissa un sourire avant de murmurer « Harren'Ghar ». Ils trouvèrent les portes de la cité souterraine totalement détruites, et commencèrent à avancer dans les boyaux de la Terre. Les Mages de Sang Andu'Dorei utilisèrent leur magie pour éclairer la troupe et enfin ils purent voir Valar Morghulis, en son centre contrairement aux souvenirs d'Alryvia il n'y avait rien d'autre qu'un sol plat. Elle se souvenait de leur Puits comme une structure légèrement surélevée par un petit support argentés, tandis que du Puits émanait des reflets écarlates et que ses eaux légèrement tourbillonnantes arboraient des reflets noirs, rouges et violets symbole de leur appartenance aux Énergies du Sang et des Ombres. Lanaerys souriait et Alryvia la regarda inquiète. Sa cousine vêtue de blanc continuait de sourire et elle descendit vers le centre de la cité.

Contrairement aux bois, il n'y avait aucune présence morte-vivante, et une fois arrivée sur la place du Puits. Alryvia fit un discours :

- « Mes frères, mes sœurs, aujourd'hui nous regagnons nôtre véritable et unique foyer : Aldre'Thar. Nôtre capitale a souffert et nous aussi, mais aujourd'hui nous sommes ici ensemble et nous rebâtiront nôtre Royaume. Nous redonnerons à Valar Morghulis sa prestance et à Harren'Ghar sa hauteur. Ceux qui vivaient ici autrefois peuvent constater comme à mon grand regret que nôtre Puits n'est plus. »

Cae'Sindra toussa légèrement et prit la parole :

- « Nôtre Puits est toujours, et une fois que nous l'exposerons nous activeront les cinq sceaux de la cité pour cacher nos terres aux yeux de tous, bien évidement nous jurerons dans nôtre langue et sur le Puits de ne pas révéler la position de l'île ni les cinq sceaux. »

Elle sourit de manière malicieuse tandis que la foule murmurait, Alryvia était blême … Jurer sur le Puits et dans leur langue voulait dire que si l'on mentait, nos propres énergies allaient nous détruire, nombreux étaient ceux qui par le passé avaient juré de cette manière et les trois-quart en étaient morts foudroyés par leurs propres énergies. Pour elle ça n'avait pas d'importance, à qui allait-elle dire pour les sceaux et révéler la position de son île. Néanmoins elle était abasourdie, le Puits était encore intacte ?

Alors que les rumeurs se taisaient Alryvia prit la parole sa voix se faisait dure et froide :

- « Ceux qui ne veulent jurer partent immédiatement et renoncent à la ville et à nôtre aide, les autres restent et jurent. »

Aucun mouvement ne se fit dans la foule et ensemble ils jurèrent. Cae'Sindra fit venir son Dorithur : Alvador. Il lui ouvrit une sacoche remplie de fioles de sang. Elle en prit deux et prit Alryvia par le poignet. Elle lui chuchota alors : « Ta Dague. »

Alryvia prit sa dague en main et laissa sa cousine la guider. Elle fut mise au centre de la place tandis que les couches de poussières furent enlevées dans une bourrasque de vent créée par un arcaniste probablement un serviteur de Cae'Sindra. Cette dernière vida de moitié le contenu des deux fioles au sol, Alryvia remarqua qu'un réseau de sillons y était présent, le sang tomba dans un petit creux et semblait s'agiter, Cae'Sindra prit la dague d'Alryvia et s'entailla l'avant-bras, son sang ruisselant dans la « vasque », elle tendit la dague à la « Reine » et cette dernière comprit qu'elle devait en faire de même, elle releva sa manche et fit une légère entaille sur son avant-bras gauche, son sang coulant goutte à goutte dans le petit creux. Lanaerys prit Alryvia par le bras droit et ordonna à la foule de s'écarter des sillons.

Le peu de sang verser sembla se décupler et rempli lentement les sillons, rendant la place centrale rouge. Le labyrinthe de sang s'enfonça légèrement avant de se séparer en cinq parties et de rentrer dans le sol, la vasque libérant le sang verser et le faisant couler dans les ténèbres. La foule s'était figée et Cae'Sindra regardait les abîmes surexcitée, une lumière douce rougeoyante s'était mise à luire et semblait s'accroître alors que le sol tremblait de plus en plus fort. Petit à petit et lentement le Puits émergea du sol, baignant la ville de sa lumière, la poussière qui s'y était établie se mit alors à brûler rendant à la ville un teint éclatant alors que dans une dernier tremblement et un bruit sourd le Puits était de nouveau à sa place. Ébahi Alryvia sentit quelque chose d'humide couvrir ses joues tandis que des pleurs et des cris de joie s'élevaient de la foule.

La ville fut restaurée durant les semaines qui suivirent, les habitants enhardis par la « restauration » du Puits, et vénérant leur « Reine ». Un palais fut construit en son honneur et toute la ville fut remise à neuf chacun travaillant durement. Cae'Sindra partit activer les sceaux de la ville avec ses fioles de sang et du sang qu'Alryvia lui avait donné. Alryvia mit en place le Sénat, dirigée par sa personne et composée de sa cousine et du descendant Aman'Lyr. Leur ville restaurée ce fut au tour d'Harren'Ghar de reprendre de la hauteur. Ce fut une chose faite et Valar Morghulis resplendissait à nouveau. Le descendant Aman'Lyr nostalgique du reste d'Azeroth retourna sur les Royaumes de l'Est. Cae'Sindra proposa à sa cousine, qui avait du rajouter des membres du Sénat suite au départ de l'héritier Aman'Lyr, d'installer un avant-poste sur les Royaumes de l'Est. Il fallait un endroit discret et légèrement effrayant pour éviter que des gêneurs ne viennent les déranger, cet avant-poste servirait de point de ravitaillement à Valar Morghulis, apportant le Sang nécessaire à certains rituels, mais aussi le Sang qui permettrait leur de vivre « correctement » et pour faire la formation des nouveaux Hémomanciens (Mage du Sang). Alryvia et Cae'Sindra cherchèrent un endroit isolé grâce aux cartes faites par des explorateurs et grâce aux archives ; l'endroit idéal qui fut trouvé était l'Île de Fenris dans la Forêt des Pins Argentés, une île abandonnée par les civilisations et hantée par des Gnolls non-morts. Étant en territoire réprouvé, les factions ne s’inquiéteraient pas de voir des membres des races éphémères y disparaître notamment ceux de l'Alliance. L’île étant entourée par le Lac Lordamere qui borde notamment le cratère de Dalaran, un endroit riche en reliques et artefacts arcaniques, c'était l'endroit idéal.

Alryvia fit préparer un navire pour se faire, néanmoins une question importante creusait son esprit : devait-elle aller avec eux ou rester à Aldre'Thar pour diriger son peuple ?

Le lendemain se leva, à son bord on vit Dame Lanaerys Targaryen ainsi que d'autres Andu'Dorei accompagnés par quelques serviteurs. Alryvia s'était présentée devant le navire dans sont habit de guerre, sa jupe annelée tintait légèrement au vent tandis que ses cheveux se pliaient face à l'air marin qui venait caresser son visage, rendant son regard aussi écarlate que le sang d'un nouveau-né.

Elle fit venir à ses côtés une jeune Andu'Dorei : Dorethia Andlat'Lyr, sa chevelure doucement argenté ne laissait que quelques mèches folles suivre le souffle du vent. Ses yeux légèrement plus foncés que ceux d'Alryvia se posait sur cette-dernière, elle se tenait à côté d'elle, à côté de celle qu'elle désirait plus que tout, sa Déesse vivante, son héroïne, son idole. Alryvia, plus grande qu'elle posa son regard sur la jeune Shindu'Dorei excitée avant de déclarer quelque peu sèchement :

- « Dorethia Andlat'Lyr, je vous nomme responsable de cette « Expédition » si vous l'acceptez. »

- « Oui, vôtre Majesté, c'est un honneur pour moi de vous servir et d'accomplir vôtre volonté. » Répondit-elle en s'agenouillant devant sa Reine.

-« Jurez vous sur vôtre honneur, vôtre Sang et vôtre nom de mettre tout en œuvre pour assurer vôtre devoir, auprès de ma personne ; Alryvia Agaëti-Sangraën vôtre Reine, mais aussi auprès de nôtre peuple, pour en assurer la sécurité et répondre à ses besoins fondamentaux. »

- « Je le jure ma Reine. » Déclara avec nervosité Dorethia, regardant Alryvia sortir une dague de son fourreau, la lame légèrement incurvée, des symboles Shindu'Dorei gravés dessus, une lame sacrificielle.

- « Levez vous Dorethia Andlat'Lyr, et faites le serment du Sang. » Dit Alryvia implacable, déçue de ne pouvoir être parmi ceux qui partaient tandis qu'elle se devait d'accomplir son devoir de Reine.

Dorethia se leva lentement, Alryvia lui tenant la dague, et prit la dague avant de formuler :

- « Moi, Dorethia Andlat'Lyr, sur mon honneur, sur mon nom et sur mon Sang, je jure par ce serment d'accomplir la volonté de ma Reine, puisse mes Ancêtre me bénir et mon Sang être fort. »

Puis elle s'entailla le bras, son sang se répandant doucement sur le sol, avant d'être absorbé par la Terre. Alryvia la regardait en souriant, elle senti l'air se refroidir autour d'elle ; sa cousine ne devait être loin et elle se souvenait l'avoir forcée à faire parti de cette expédition, puis elle déclara :

- « Dorethia Andlat'Lyr, en ce jour je vous déclare représentante de mon Autorité dans les Royaumes de l'Est. Vous offrant le titre de « Baronne » et ma bénédiction. Puisse vôtre Sang fort et ne pas faiblir. » Elle fit une pause avant de reprendre : « Ma cousine, Dame Cae'Sindra Shin'Rael vous accompagnera durant vôtre périple et vous conseillera tout du long. »

Dorethia hocha la tête avant de regarder sa nouvelle conseillère qui la jugea froidement avant de détourner le regard avec un semblant de mépris dans celui-ci. Elle prit son paquetage et embarqua sur le navire. Explorant ce dernier elle vit deux cabines l'une grande ayant une baie vitrée, l'autre plus modeste, elle prit la deuxième laissant la première pour Dame Cae'Sindra.

Ainsi, sur le quai Alryvia regarda le navire nommé «L'Harren'Ghar » prendre voile, puis se retournant elle vit son peuple, les yeux remplis d'espoir.

                                                                              ***

Cae'Sindra ouvrit la missive scellée avec le sceau d'Alryvia et la lut.

« Chère et tendre Cousine, guidez de mieux que vous le pourrez la jeune Dorethia. Malgré son statut vis à vis de l'expédition je vous fais Maîtresse de Valar'Thar, soit l'Île de Fenris, renommée par mes soins pour marquer l'attachement à nôtre peuple. Cependant vous devrez accepter comme hôte Dorethia et ses hommes et lui obéir si nécessaire.

Cordialement.

Reine Alryvia Agaëti-Sangraën. »

Cae'Sindra jura, elle savait que cette lettre était en réalité un message pour l'apaiser et qu'en réalité ce n'était qu'une plaie que de lui donner « Valar'Thar ».

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard