FANDOM


Un court voyage les envoya au sein d’une forêt proche, guidé par le ténébreux Maltor. Ils parcoururent les sentiers sur le territoire du royaume de Hurlevent, s’arrêtant aux quelques auberges sur la route pour se ravitailler, manger et se reposer. Les chemins, malgré leur appartenance au royaume humain, n’étaient pas des plus sûrs. Par chance, aucuns brigands ne vinrent troubler leur voyage, mais ils restèrent tous de même sur leur garde lors de leur route. Après quelques jours de marches, ils atteignirent la cité neutre d’Asfeld. Ils trouvèrent étrange de découvrir une cité regroupant les factions de la Horde et de l’Alliance en un même point, mais furent éblouit par la prestance et la magnificence de la ville. Gabriel semblait des plus enjoué à l’idée de découvrir pour la première fois, une cité humaine. Arrivé aux portes de la ville, leur guide se sépara d’eux, prétendant devoir régler une importante affaire. Gabriel semblait sceptique à l’idée de se séparer de son Maître, mais celui-ci leur promis de les rejoindre plus tard pour les aider dans leur quête. En attendant, ils se devaient de récolter un maximum d’informations sur les reliques. Ils observèrent Maltor partir, puis entreprirent d’entrer au sein de la cité. La neutralité de la ville se faisait sentir. Ils purent ainsi croiser des Orcs et de humains échangeant des discussions et autres propos amicales. Des Gnomes et des Elfes de sang se réunissant pour troquer divers objets, etc. Pour la première fois, Gabriel rencontra des individus de la Horde. Il fut impressionné par la carrure des Orcs, éblouit par la beauté et la prestance des Elfes de Sang, effrayé par l’allure farouche des Trolls, et surpris par l’étonnante taille des Taurens. Agrid lui indiqua d’un signe de tête un groupe d’individus inquiétants, emmitouflés dans des capes et autres accessoires cherchant à dissimuler leurs corps. Il lui spécifia que ces étranges personnages étaient des Morts-vivants Réprouvés. Gabriel observât plus attentivement le groupe lorsque l’un d’eux croisa son regard. Un frisson parcourut l’échine du jeune homme lorsqu’il vit les orbites vides du non-mort et ses yeux se détournèrent rapidement ; ils poursuivirent leur marche. Chaque quartier semblait délimité par d’imposantes murailles. Celles-ci enfermaient et séparaient les quartiers entre eux. Chaque muraille était ensuite entourée de canaux chacun relié par des pontons de pierres.

Alors qu’ils parvinrent à l’entrée d’un vieux quartier, Maïmoù se sépara également du groupe, spécifiant qu’il souhaitait trouver des composants pour ses ustensiles de chasse, laissant Agrid et Gabriel, leur indiquant une taverne comme lieu de rendez-vous. Après quelques prospections sans succès, le jeune homme et le Nain en convinrent  à se séparer pour améliorer leurs recherches. Le Nain laissa donc Gabriel à l’entrée d’un quartier commerçant, lui dictant qu’il ferait mieux de se reposer et de profiter un peu de la ville pendant sa quête. Avant de partir, il l’observa un instant, jaugeant si le jeune homme serait capable de se débrouiller tout seul au sein de cette immense ville. Il hoche la tête et tourna les talons en faisant un signe de main. Le jeune Belmont observa le Chevaucheur de Griffon s’en aller, puis décida d’entrer au sein du quartier commerçant. La foule était dense au sein des rues. Les cris des commerçant et artisans ventant la qualité de leurs produit surplombait le brouhaha de la populace. Les yeux de Gabriel étaient vagabonds, observant tous les détails du quartier d’un air émerveillé, tel un enfant au sein d’un magasin de jouets. Il s’arrêta parfois à quelques échoppes, observant le divers produit qui pouvait y être vendu. Il s’intéressa tous particulièrement à des armureries et autres magasins idéal pour Guerrier. Il continua sa marche au sein du quartier et s’arrêta près d’une foule abondante situé devant un étale. Curieux, il s’approcha et se mit sur la pointe des pieds, cherchant à apercevoir ce qu’il se passait. Malgré sa hauteur, la foule était trop dense, il ne put qu’entrevoir ce qui semblait être le bout d’oreilles vertes. Le commerçant parlait d’une voix hargneuse et rapide, il semblait présenter un objet capable de coiffer n’importe qu’elle type de cheveux en fonction de ce que pensait le porteur. Un groupe de femme semblait surexcité à l’idée d’obtenir l’objet, gloussant et discutant fébrilement en tentant de se rapprocher de l’étale. Alors que le jeune homme s’apprêtait à s’en aller, une voix l’interpela. Il se retourna et balaya les alentours, ne voyant personne. La voix lui fit signe de regarder plus bas, ce qu’il fit, et aperçut un petit être aux oreilles vertes et pointues et au nez crochus. Son regard était malicieux et un sourire narquois se dessinait sur ses lèvres. Le jeune guerrier observât l’individu d’un regard perplexe et celui-ci compris qu’il n’avait jamais vu de créature de son espèce. Il lui indiqua qu’il était Gobelin et qu’il avait remarqué l’égarement du jeune homme. Il lui proposa divers objets étranges, lui indiquant leur parfaite fiabilité et leur prix minime. Gabriel hésita un instant et lui fit comprendre qu’il n’avait que peu d’argent sur lui. Le Gobelin, dans son infime générosité – Du moins, c’est ce qu’il prétendait – décida de faire un prix réduit à Gabriel. Celui-ci, naïf et idiot, accepta et se retrouvât avec un étrange objet arrondie qui devait sensiblement créer automatiquement un bouclier d’énergie en cas d’attaque magique, ainsi que quelques pièces de cuivres en moins. De toute évidence, le jeune homme n’avait aucune connaissance en marchandage ni en arnaque de gobelin.

Il continua sa marche et sortie du quartier commerçant. Il parcourut les canaux de la ville, croisant toujours plus de citoyens et voyageurs de toutes races, et parvint jusqu’à ce qui semblait être une place religieuse. Il leva les yeux et observât l’impressionnante et magnifique église qui surplombait les lieux. Il resta un instant devant la magnifique architecture de la bâtisse, puis fut attirer par l’arrivé d’un chevalier en armure qui se dirigeait vers la cathédrale. Il l’observât d’un œil émerveillé, se doutant que ce chevalier devait être un Paladin. Gabriel éprouvait une immense admiration envers les Chevalier de la Lumière grâce aux histoires et autres contes qu’il put entendre sur eux. L’individu entra au sein du lieu saint et disparus du regard de Gabriel. Celui-ci décida de s’assoir sur un banc situé près d’une fontaine en soupirant de fatigue. Il ignorait combien de temps il avait marché, mais il sentait ses jambes le meurtrir d’épuisement. Il leva les yeux et observât le soleil. Celui-ci commençait à descendre vers l’horizon. Il en conclue donc que cela faisait au minimum deux heures qu’il vagabondait au sein des rues de la ville. Il resta un instant sur le banc au milieu du calme serein de la place, observant les alentours, écoutant l’écoulement de l’eau de la fontaine et le gazouillis des oiseaux. Un bruit de fond sonore indiquait le brouhaha de la population au sein de la ville.  Il posa son coude contre son genou et son menton dans sa main, réfléchissant. Il se questionnait sur les moyens à entreprendre pour trouver des informations sur les Reliques du Faiseurs. Surtout que celle-ci étant tiré d’un conte pour enfant, la plus part des personnes à qui il poserait des questions risquaient de ne pas le prendre au sérieux. Alors qu’il continuait de se torturer l’esprit, son regard et son ouïe se posèrent sur un groupe d’individus en accoutrement de combattant. Ceux-ci semblaient discuter sur l’ouverture prochaine d’un tournoi de combat visant à élire un champion de la ville. L’idée de participer au tournoi traversa les pensées du jeune homme, il se souvint des paroles de son Maître lui spécifiant qu’un guerrier trouve toujours le moyen de s’entrainer et de devenir plus fort. Hors, ce tournois serait idéal pour observer différentes techniques user par de nombreux adversaires, ainsi que de voir les progrès qu’il avait réalisé durant ses nombreux entrainements.

Il se leva et sortie de la place pour se diriger vers l’Auberge que leur avait montré Maïmoù plus tôt dans la journée. Arrivé devant l’entrée, il vit un Orc sortir deux humains, qui semblaient complètement ivre, en les trainants par le col et les jeter dehors en beuglant que les bagarres étaient interdites dans la taverne. Les deux humains se relevèrent, et échangèrent un regard avant d’éclater de rire. Puis sans prévenir et sans aucunes raisons apparentes, ils se mirent à se battre de nouveau sur la chaussé. Gabriel entra d’un pas hésitant dans l’auberge, évitant soigneusement de croiser le regard de l’Orc qui venait de jeter les individus dehors. Une fois à l’intérieur, il put sentir la chaleur étouffante des lieux ainsi que la douce mélodie d’un barde. Il scruta l’ensemble des lieux à la recherche d’Agrid ou de Maïmoù, mais ne vit ni l’un ni l’autre. Il passa devant les tables où quelques individus l’interpelaient pour jouer à des jeux de cartes, ou d’autre jeu d’argent. Ne se laissant pas distraire, il s’avança jusqu’au comptoir et commanda un breuvage Nain. Par chance, l’Aubergiste était justement un Nain. Malgré ses origines humaines, le jeune Belmont se trouvait beaucoup moins gêné et plus habile à discuter avec des Nains que des Humains. Depuis son arrivé au comptoir, Gabriel ne put s’empêcher de remarquer une immonde odeur de moisie et de vieille breloque non loin de lui. Il observât les alentours et aperçut un étrange individu courbé assis à sa droite, portant un chapeau baissé qui lui cachait le visage. Remarquant qu’il était épié, l’individus se redressa et tourna la tête vers Gabriel, dévoilant un visage putréfié avec quelques parties en moins. Il lui adressa un sourire des plus immondes, dévoilant des dents noircie et délabré. Les attentions du Mort-vivant ne semblaient pas être mauvaise, mais Gabriel qui n’en n’avait jamais vu auparavant sursauta et tomba en arrière, renversant la moitié de sa chope. Le Mort-vivant éclata de rire tandis que les discussions de la taverne diminuèrent d’un coup, observant en direction du jeune homme, croyant voir une nouvelle bagarre. Leur déception fut perceptible et ils reprirent leurs conversations. Le mort aida un Gabriel hésitant à se relever, lui tendant une main osseuse et blanchâtre. Ce dernier hésita puis empoigna l’aide et se releva. L’individu compris que le jeune humain n’avait probablement jamais vu de Réprouvé jusqu’ici. Il discuta un moment avec Gabriel qui semblait mal à l’aise à l’idée de converser avec un mort, et lui repaya même une chope. Le jeune Belmont se sentait gêné et honteux, mais pourtant, lorsqu’il jetait des regards gênés aux alentours, il constatait que personne ne semblait choqué de voir un Humain discuter avec un Mort-vivant. Il conclut donc que ce genre d’attitude était des plus normales et se détendit. A mesure qu’ils conversèrent, Gabriel se pris de sympathie pour le Mort-vivant. Après quelques verres, celui-ci s’en alla en souhaitant une bonne soirée au jeune homme. Content d’avoir rencontré et discuté pour la première fois avec un réprouvé, Gabriel affichait un sourire satisfait tout en buvant sa chope. Cependant, son sourire s’effaça lorsqu’il réalisé que ni Agrid, ni Maïmoù n’était encore arrivé. Hors, la nuit au dehors commençait à tomber.

Chapitre précédent  /  Chapitre suivant

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard